La bourse ferme dans 41 min
  • CAC 40

    5 580,80
    +62,25 (+1,13 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 526,80
    +34,26 (+0,98 %)
     
  • Dow Jones

    29 958,26
    +319,62 (+1,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2032
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 811,50
    +30,60 (+1,72 %)
     
  • BTC-EUR

    15 990,60
    -260,41 (-1,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    377,94
    -1,92 (-0,51 %)
     
  • Pétrole WTI

    44,39
    -0,95 (-2,10 %)
     
  • DAX

    13 395,95
    +104,79 (+0,79 %)
     
  • FTSE 100

    6 388,89
    +122,70 (+1,96 %)
     
  • Nasdaq

    12 286,85
    +88,12 (+0,72 %)
     
  • S&P 500

    3 660,97
    +39,34 (+1,09 %)
     
  • Nikkei 225

    26 787,54
    +353,92 (+1,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 567,68
    +226,19 (+0,86 %)
     
  • GBP/USD

    1,3370
    +0,0038 (+0,29 %)
     

Colère. Manifestations en Pologne : le gouvernement contesté jusque dans ses plus solides bastions

Gazeta Wyborcza (Varsovie)
·1 min de lecture

En tentant de durcir l’accès à l’avortement alors qu’il a totalement perdu le contrôle sur la pandémie, le gouvernement polonais suscite la colère jusque dans les rangs de ses propres partisans.

Loin de s’épuiser, les manifestations quotidiennes qui secouent la Pologne depuis une dizaine de jours ont franchi un nouveau seuil en réunissant vendredi 30 octobre à Varsovie près de 100 000 participants. Cette contestation a été provoquée au départ par une décision de la Cour constitutionnelle de restreindre encore davantage l’accès à l’avortement alors que la législation polonaise était déjà la plus stricte d’Europe. Mais le mouvement s’est désormais étendu à d’autres revendications et réclame notamment la démission du gouvernement.

À lire aussi: Colère. En Pologne, quatre jours de manifestations contre la quasi-suppression du droit à l’avortement

Le quotidien libéral Gazeta Wyborcza observe en outre que la contestation ne se limite pas à la capitale, depuis longtemps hostile au gouvernement du parti national-conservateur PiS. “Dans les grandes villes, les petites communes, et même les campagnes des Basses-Carpates, région [du sud-est] où le PiS remporte toutes les élections avec une forte avance et où l’attachement à l’Église est particulièrement fort, les dernières manifestations en défense des droits des femmes sont d’une ampleur jamais vue pour aucune autre cause. Dans le bastion du PiS de Stalowa Wola [60 000 habitants], des milliers de gens sont descendus dans la rue. Cela ne s’était pas vu depuis la mémorable grève de 1988 [qui avait poussé le régime communiste à négocier avec le syndicat d’opposition Solidarność].”

La gestion de la pandémie

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :