Publicité
La bourse ferme dans 2 h 57 min
  • CAC 40

    7 621,43
    +50,62 (+0,67 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 908,96
    +17,50 (+0,36 %)
     
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,0936
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 469,00
    +9,10 (+0,37 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 247,61
    -73,02 (-0,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 347,00
    +17,49 (+1,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,77
    -0,08 (-0,10 %)
     
  • DAX

    18 481,19
    +43,89 (+0,24 %)
     
  • FTSE 100

    8 241,45
    +53,99 (+0,66 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     
  • Nikkei 225

    40 126,35
    -971,34 (-2,36 %)
     
  • HANG SENG

    17 778,41
    +39,00 (+0,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2985
    -0,0024 (-0,19 %)
     

La colère des habitants de Loudun, après la mise en vente de la piscine municipale

PIXABAY

La piscine de la discorde. L'affaire est très sérieuse et agite toute une commune depuis quelques semaines. Il s'agit de celle de Loudun, dans la Vienne. Si un centre aquatique (Aqua Lud') a été inauguré en 2021, explique Le Parisien, c'est bien un autre symbole qui agite la ville de plus de 6.000 habitants : l'ancienne piscine d'été construite en 1964 près du centre-ville. Un symbole, car elle était un des éléments du renouveau voulu par René Monory, ancien ministre de l'Éducation nationale, président du Sénat, et surtout édile de la commune pendant quarante ans (1959-1999). "Notre piscine découverte était la deuxième du département après celle de Poitiers", souligne, auprès du Parisien, Jacques Sergent, fondateur du Centre de mémoire du Loudunais.

Mais aujourd'hui, la municipalité a mis en vente cette piscine fermée depuis 2019. L'annonce a été publiée au début du mois d'août sur un site de vente aux enchères, créant l'ire d'une partie des habitants. Dès la fin du mois de juillet, ayant eu vent de cette information, le club de natation avait décidé de lancer une pétition, expliquait La Nouvelle République. En conflit avec la communauté de communes du Pays loudunais (CCPL) et la direction du centre Aqua Lud', ils avaient déjà recueilli plus de 500 signatures.

Cela est d'autant plus agaçant pour l’Association sportive des nageurs loudunais qu'elle gérait les lieux alors qu’Aqua Lud’ fonctionnait sur délégation de service public. "Nous étions candidats à la reprise du site ancien (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite