La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 874,67
    -105,65 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 940,58
    +2,46 (+0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    28 942,14
    -280,63 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,0099
    -0,0081 (-0,80 %)
     
  • HANG SENG

    19 763,91
    -158,54 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    23 124,39
    -241,87 (-1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    556,32
    -1,41 (-0,25 %)
     
  • S&P 500

    4 271,31
    -2,73 (-0,06 %)
     

Colère des éleveurs: les dessous de la guerre des prix du lait

Jean-François MONIER / AFP

Les éleveurs de lait multiplient les manifestations locales en France et menacent d’une action nationale fin août ou début septembre si les prix à la consommation du lait n’augmentent pas. En cause: la guerre des prix entre distributeurs et l’application encore partielle de la loi Egalim 2, censée garantir une plus juste rémunération des producteurs.

Entre Saint-Corneille et Champagné, dans la Sarthe, une trentaine d’éleveurs laitiers bloquent un camion de collecte. Puis se rendent ensuite à de Champagné où ils posent des autocollants sur les produits laitiers "bradés". Ce mercredi 3 août, les producteurs de lait manifestent dans plusieurs villes de France pour dénoncer une stagnation des prix payés aux producteurs , alors qu’ils augmentent dans les autres pays européens. "Si cela continue ainsi, ", dénonce Ghislain de Viron, premier vice-président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). de la brique de lait, qui se répercuterait sur les prix payés aux éleveurs, les syndicats menacent d’une action nationale mi-août ou début septembre. Dans ce conflit, les éleveurs laitiers font face à laqui leur est défavorable et à une guerre des prix entre distributeurs,

419 euros pour 1.000 litres

se situe en-deçà des autres pays européens, mais a tout de même augmenté depuis le début de la guerre en Ukraine. En mai, le prix du lait conventionnel payé aux éleveurs se situait à 419 euros pour 1.000 litres, soit 22% de plus qu’en 2021 d’après les chiffres que nous a communiqués l’institut de l’élevage Idele. Assez, donc, pour compenser la hausse des charges des éleveurs. Tirées par l'aliment (+26% en mai depuis 2021), l’énergie (+39% en mai depuis 2021) et l’engrais (+ de 108% en mai depuis 2021), elles ont, elles aussi, augmenté de 22% en mai, toujours d’après l’Idele. Problème: la hausse du prix payé aux éleveurs ne vient pas du marché français (40%) mais de la hausse de la valorisation à l’exportation, qui représente 40% du total (les 20% restants correspondent à la valorisation beurre-poudre). "C’est là que le bât blesse", analyse Corentin Puvilland, agro-économiste, spécialiste des filières laitières de l'Idele.

En France, l’inflation sur les produits laitiers (fromages, laits conditionnés, yaourts, beurre) s’élève à 6,5% en moyenne en juin 2022, par rapport à 2021 selon l’Idele. Soit largement mo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles