La bourse est fermée

La coûteuse gestion de Christophe Castaner, le nouveau chef de file de LREM, à Forcalquier

Sans surprise, Christophe Castaner vient d’être élu délégué général de La République en Marche. Un nouveau challenge politique pour celui qui a géré la mairie de Forcalquier durant près de 17 ans… Avec un bilan controversé.

C’est fait, Christophe Castaner vient d’être élu à la tête de La République En Marche. Mais qui connaît vraiment le parcours de cet ancien socialiste, qui compte aujourd’hui parmi les plus fidèles lieutenants d’Emmanuel Macron ? De précieuses indications se trouvent dans la façon dont ce provençal de 51 ans a géré la petite ville Forcalquier dans les Alpes-de-Hautes-Provence - commune de 5.000 habitants dont il a été maire de 2001 à juillet 2017. D’après les comptes de la ville que nous avons épluché avec l’expert en finances des collectivités locales, François Lainée, et l’association Contribuables Associés, l’ancien maire y laisse un bilan pour le moins contrasté.

Assommée par une lourde dette qui atteignait encore 7,8 millions d’euros fin 2016 (soit 1.500 euros par habitant, deux fois plus que la moyenne des communes de même taille), la petite bourgade se retrouve aujourd’hui avec des marges de manoeuvre financières réduites. Qu’il s’agisse de la commune ou du groupement de communes - également créé par Christophe Castaner - les capacités d’autofinancement se situent en-dessous de la médiane des municipalités de tailles équivalentes, selon les données du ministère des finances.

Au niveau local, certaines voix critiquent la frénésie de grands projets initiés par l’ancien maire. “Alors que Christophe Castaner s’était engagé dès 2001 à redresser une ville au bord du gouffre - ce qu’il a réussi à faire un temps -, celui-ci s’est ensuite lancé dans une série de lourds investissements sans précisément mesurer le retour sur investissement que l’on pouvait en attendre”, tacle (...) Cliquez ici pour voir la suite