La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 620,51
    -72,35 (-0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Coût de l'énergie. Le Maire ne croit pas à une explosion du nombre de faillites

SARAH MEYSSONNIER

Le ministre de l'Economie conteste les prévisions alarmistes sur le nombre de défaillances causées par la hausse du prix de l'électricité. Selon lui, le nombre d'entreprises en difficulté est limité.

"Il n'y a pas de mur de faillites": face à la flambée des prix de l'énergie, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a écarté mercredi l'hypothèse d'une explosion du nombre d'entreprises qui seraient contraintes de mettre la clé sous la porte.

"Il y a une explosion des prix de l'électricité et du gaz qui est dure à vivre pour des milliers d'entrepreneurs, mais ils font face", a affirmé le numéro deux du gouvernement sur France Inter.

"C'est difficile, nous les accompagnons, mais je ne laisserai pas dire que ça va s'accompagner d'une vague de fermetures, de faillites, parce que ce n'est pas le cas", a-t-il insisté, au lendemain de l'annonce de mesures de soutien spécifiques pour les boulangers.

"Aujourd'hui, moins d'1% des entrepreneurs envisagent de fermer ou de ralentir leur production", a assuré Bruno Le Maire en se basant sur des chiffres de l'Insee.

Lire aussiL'Etat au secours des boulangers

Selon la dernière enquête de conjoncture de l'Institut national de la statistique, qui a interrogé spécifiquement des entreprises industrielles, la baisse totale de leur production "en lien direct avec la hausse des prix de l'énergie" serait de l'ordre d'à peine 1,5%.

Dans sa dernière enquête publiée fin octobre, la Confédération des petites et moyennes entreprises avance de son côté que 9% des dirigeants des TPE/PME "envisagent un arrêt de leur activité du fait de la hausse des prix de l'énergie". Un chiffrage que le gouvernement "conteste", a indiqué Bruno Le Maire.

"Vous pouvez donner l'exemple de Duralex ou de William Saurin", deux entreprises qui ont récemment annoncé une suspension ou un arrêt partiel de leur activité en raison de l'explosion des coûts de l'énergie, "mais vous ne pourrez pas trouver de centaines d'exemples", a renchéri Bruno Le Maire.

"Il y a peu d'entreprises véritablement en grande difficulté face à l'explosion des prix de l'électricité, et qui du coup fermeraient ou ralentiraient leur activité", a estimé le ministre.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi