La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 121,60
    +197,46 (+0,64 %)
     
  • EUR/USD

    1,1910
    -0,0068 (-0,57 %)
     
  • Gold future

    1 700,10
    -0,60 (-0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    40 245,44
    -1 923,75 (-4,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    958,57
    +15,39 (+1,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,98
    +2,15 (+3,37 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 708,19
    -15,28 (-0,12 %)
     
  • S&P 500

    3 788,90
    +20,43 (+0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,79 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3815
    -0,0079 (-0,57 %)
     

Coût des carburants aux 100 km: les indications trompeuses du gouvernement

·2 min de lecture

Désormais, les stations-service peuvent afficher les prix des carburants selon leur coût pour parcourir 100 km. Une bonne idée a priori, malheureusement impossible à mettre en place de manière réaliste. Surtout que le calcul imposé par le gouvernement favorise outrageusement les modèles électriques.

Depuis décembre dernier, une directive européenne laisse la possibilité aux pompistes d’afficher le coût des carburants pour 100 km. Pas de panique: le prix au litre, unique moyen de tarification indiscutable, sera toujours celui qui fait foi, et qui apparaîtra sur les totems des stations-service. Derrière ce nouvel autocollant, l’idée est de proposer aux automobilistes un moyen de comparaison entre les divers types de carburants pour se tourner vers le moins cher. Avec une méthodologie mise au point par l’Union européenne, qui consiste à calculer la consommation moyenne des trois modèles de voitures les plus vendus pour chaque type de carburant, en appliquant le prix moyen au litre.

L’idée est bonne et elle a le grand mérite de mettre à jour le coût qui compte réellement pour les automobilistes. La méthodologie est par contre plus discutable: à trop vouloir simplifier et normaliser, on en oublie que la consommation varie grandement selon le relief, le type de route emprunté, le style de conduite… Sans même parler du modèle de voiture. Nos essais le prouvent: entre le modèle à moteur essence le plus sobre testé l’an dernier, la (4,3 l/100 km lors de notre essai, soit 6,2 € de sans-plomb 95 pour 100 km) et le plus gourmand, la (15 l/100 km lors de notre essai, soit 22,5 € de SP98 pour 100 km), il y a un gouffre.

Au moins, la valeur de 8,4 € pour 100 km calculée par le gouvernement français (les prix affichés varient dans chaque pays d’Europe en fonction des modèles les plus prisés selon les marchés) correspond de manière assez réaliste à ce que réclame une citadine de type Renault Clio ou Peugeot 208 en usage mixte. Un automobiliste qui ne fait que des trajets urbains ou presque consommera plus. L’estimation de 6,30 € pour 100 km avancée pour le gazole n’est pas non plus irréaliste.

Le GPL défavorisé par le calcul du gouvernement

Concernant le GPL, la moyenne annoncée de 7,10 € nous semble excessive. Aujourd’hui, très peu de marques proposent ce type de motorisatio[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi