Marchés français ouverture 2 h 42 min
  • Dow Jones

    34 160,78
    -7,31 (-0,02 %)
     
  • Nasdaq

    13 352,78
    -189,34 (-1,40 %)
     
  • Nikkei 225

    26 700,17
    +529,87 (+2,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,1154
    +0,0007 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    23 570,50
    -236,50 (-0,99 %)
     
  • BTC-EUR

    33 325,80
    +883,24 (+2,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    842,24
    +22,73 (+2,77 %)
     
  • S&P 500

    4 326,51
    -23,42 (-0,54 %)
     

Le CNES demande à Voltalia de construire un parc photovoltaïque sur la base spatiale de Kourou en Guyane française

·4 min de lecture

Voltalia (Euronext Paris, code ISIN : FR0011995588), acteur international des énergies renouvelables, et le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales), propriétaire foncier du Centre spatial guyanais, annoncent le lancement d’un projet de centrale photovoltaïque.

Voltalia a été désigné lauréat de l’appel d’offres lancé par le CNES pour la construction, sur la base spatiale de Kourou, d’un parc photovoltaïque d’une surface de 5 hectares et d’une capacité de 4,2 mégawatts.

Le financement de la construction, pour un montant de 5 millions d’euros, est assuré par le CNES qui bénéficie du Plan France Relance. La centrale solaire devrait entrer en service en juin 2023.

Le projet s’inscrit dans un plus vaste programme de verdissement de la base spatiale de Kourou qui comptera, à terme, deux parcs photovoltaïques et deux centrales biomasse pour l’alimentation en électricité verte et en froid des infrastructures du Centre spatial guyanais (CSG). Le CSG a en effet pour ambition de s’alimenter à 90% en énergies renouvelables avant 2030. Ces projets lui permettront de ne faire que marginalement appel au réseau EDF guyanais dont le CSG consomme actuellement environ 15% de la production électrique annuelle. Au total, l’ensemble de ces investissements permettront de réduire de 25% la facture d’électricité du CSG.

Le plan de transition énergétique du CSG comprend également la rénovation et la construction de bâtiments plus efficients, ainsi que le verdissement des ergols utilisés par les lanceurs.

“Le Centre spatial guyanais démontre sa volonté forte de s’inscrire dans la transition énergétique, d’optimiser sa consommation et d’afficher une trajectoire bas carbone ambitieuse. Nous sommes très fiers d’accompagner le CSG et d’apporter notre savoir-faire et nos compétences à la construction de cette centrale photovoltaïque d’avenir commente Sébastien Clerc, CEO de Voltalia.

En savoir plus sur le Centre spatial guyanais

Le Centre spatial guyanais (CSG), Port spatial de l’Europe, opérationnel depuis 1968, est financé par les 22 états membres de l’Agence spatiale européenne (ESA). Implanté en Guyane française, le CSG est la base de lancement des fusées Ariane 5, Soyouz et Vega. La transition énergétique du CSG s’inscrit dans le processus engagé de modernisation de ses installations pour rester compétitif, fiable, flexible, réactif et accueillir de nouveaux véhicules : Ariane 6, Véga-C, des futurs lanceurs réutilisables et des microlanceurs.

www.centrespatialguyanais.fr

A propos du CNES

Le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) est l’établissement public chargé de proposer au Gouvernement la politique spatiale française et de la mettre en oeuvre au sein de l’Europe. Il conçoit et met en orbite des satellites et invente les systèmes spatiaux de demain.Il favorise l’émergence de nouveaux services, utiles au quotidien.
Le CNES, créé en 1961, est à l’origine de grands projets spatiaux, lanceurs et satellites et est l’interlocuteur naturel de l’industrie pour pousser l’innovation. Le CNES compte près de 2 400 collaborateurs, femmes et hommes passionnés par cet espace qui ouvre des champs d’application infinis, innovants et interviennent sur cinq domaines d’intervention : Ariane, les sciences, l’observation, les télécommunications, la défense. Le CNES est un acteur majeur de l’innovation technologique, du développement économique et de la politique industrielle de la France. Il noue également des partenariats scientifiques et est engagé dans de nombreuses coopérations internationales. La France, représentée par le CNES, est l’un des principaux contributeurs de l’Agence spatiale européenne (ESA).
Propriétaire foncier du Centre spatial guyanais (CSG), Port spatial de l’Europe, le CNES a une double mission : le maintenir en condition opérationnelle et moderniser ses installations pour l’arrivée d’Ariane 6,de Vega-C et aussi de futurs véhicules.
Au CSG, le CNES est en charge de la coordination générale des opérations sur la base de lancement, de l’accueil des satellites, des moyens de suivi du lanceur et de la protection des personnes, des biens et de l’environnement.

A propos de Voltalia (www.voltalia.com)

Voltalia est un acteur international des énergies renouvelables. Le Groupe produit et vend de l’électricité issue de ses installations éoliennes, solaires, hydrauliques, biomasse et de stockage. Il dispose d’une puissance en exploitation et en construction de plus de 1,7 GW et d’un portefeuille de projets en développement d’une capacité totale de 10,7 GW.

Voltalia est également prestataire de services et accompagne ses clients en renouvelable pendant toutes les étapes des projets, de la conception à l’exploitation-maintenance.

Pionnier sur le marché des entreprises, Voltalia propose enfin une offre globale à celles-ci allant de la fourniture d’électricité verte aux services d’efficacité énergétique, en passant par la production locale de sa propre électricité.

Fort de ses 1 230 collaborateurs dans 20 pays sur 3 continents, Voltalia possède une capacité d’action mondiale pour ses clients.

Voltalia est coté au marché réglementé d’Euronext à Paris (FR0011995588 – VLTSA) et fait partie des indices Enternext Tech 40 et CAC Mid&Small.

L’entreprise est également incluse dans le Gaïa-Index, l’indice des valeurs moyennes responsables.

Voltalia

Loan Duong, Directrice Communication & IR Relations Investisseurs : invest@voltalia.com

T. +33 (0)7 63 79 60 20

l.duong@voltalia.com

Pièce jointe


Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles