La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 068,59
    -125,57 (-1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 229,56
    -70,05 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,37
    -450,02 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1348
    +0,0031 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 836,10
    -6,50 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    31 128,31
    -57,33 (-0,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    870,86
    +628,18 (+258,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,83
    -0,72 (-0,84 %)
     
  • DAX

    15 603,88
    -308,45 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,13
    -90,88 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 768,92
    -385,10 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 397,94
    -84,79 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3555
    -0,0045 (-0,33 %)
     

Clip de Zemmour: quand les politiques sont épinglés pour atteinte aux droits d’auteur

·2 min de lecture

La vidéo de candidature à la présidentielle d’Eric Zemmour, remplie d’images utilisées sans l’accord de leurs ayant-droit, est sous le feu des critiques. Le polémiste n’est pas le premier à se frotter aux ayants droit: le Rassemblement national, La France insoumise, ou encore Arnaud Montebourg ont été au cœur de procédures judiciaires similaires.

Luc Besson, Woodkid, les distributeurs Pathé et Gaumont, Barbara, Johnny, l’émission Quotidien, Valérie Trierweiler, ou encore Jacques Attali: les images de ces personnalités et entreprises ou de leurs oeuvres/productions sont reprises dans d’Eric Zemmour à la présidentielle, dévoilé ce mardi 30 novembre. Le hic? Le polémiste a omis de demander l'autorisation d'utiliser ces extraits. Résultat, ces stars ou leurs ayants droit envisagent des poursuites judiciaires -voire les ont déjà engagées- contre le polémiste d’extrême-droite, pour atteinte aux droits d’auteur ou au droit à l’image. Mais Eric Zemmour n’est pas le premier à être poursuivi. Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg, ou Marine Le Pen ont déjà été convoqués devant les tribunaux à ce sujet.

  • Jean-Luc Mélenchon contre un street-artist

Tout part de clips de Jean-Luc Mélenchon, pour la présidentielle, puis pour les municipales. Dans , diffusée le 1er avril 2017 sur une manifestation, La France insoumise montrait une œuvre du street-artist Combo, nommée La Marianne asiatique. L’artiste a entamé le 21 août 2020 une procédure en justice.

Le tribunal ne condamne finalement pas les Insoumis. Deux motifs expliquent cette décision. Il y a tout d’abord l’exception dite “de panorama”. L’avocate Isabelle Wekstein-Steg, avocate à la cour au cabinet Wan Avocats explique: "Cette liberté, c’est ce qui permet de filmer des œuvres ou des graffitis sur la voie publique, à des fins non-commerciales." L’autre exception est celle de courte citation: l'œuvre de Combo apparaît quelques secondes, pas dans son intégralité, et sans que son message soit dénaturé.

  • Le Rassemblement national contre la Marianne d’Aslan

C’est aussi avec une Marianne que Marine Le Pen et le Rassemblement national se sont attirés des ennuis judiciaires. En 2014, le Front national (FN) utilise pour une campagne d’affichage des bustes de Marianne, créés par l’artiste Aslan. La veuve du sculpteur attaque alors le parti en justice, qui est condamné à lui[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles