La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    47 943,57
    -835,14 (-1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Climat : comment traquer les émissions de méthane depuis l'espace

·1 min de lecture

Comment l'intelligence artificielle pourrait-elle permettre de servir la lutte contre le réchauffement climatique ? La Nasa, le réseau Sentinel ou encore le MI6 travaillent sur ce sujet. En France, une entreprise nommée Kayrros a mis au point un système permettant de repérer les fuites de gaz naturel, responsables du réchauffement climatique. "On est capable de suivre en temps réel les engagements des Etats", assure son président Antoine Rostand.

Une première mondiale

Les Etats signataires de la COP26 respecteront-ils leurs engagements ? S'ils ont signé le "Pacte de Glasgow pour le climat", permettant notamment de finaliser les règles d'application de l'Accord de Paris, et de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, rien n'assure qu'ils tiendront leurs engagements, sauf, peut-être, l'intelligence artificielle qui pourrait bien faire son entrée dans la partie. 

En orbite à 800 km de la Terre, le satellite Sentinel 5 repère les nappes de méthane grâce à un capteur infrarouge. Il envoie toutes ses données à Paris chez l'entreprise Sky Ross, qui traque les fuites de ce gaz dans chaque pays. Son président, Antoine Rostand, veut en faire une pression positive en pointant du doigt les États trop négligents. "On est capable de suivre en temps réel les engagements des Etats et des entreprises par rapport aux promesses qu'ils ont faites à Paris ou à Glasgow", assure-t-il.

"Une question de justice"

"Si on n'est pas capable de baisser nos émissions partout dans le monde, ça ne sert...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles