La bourse ferme dans 6 h 4 min
  • CAC 40

    6 537,68
    -40,92 (-0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 071,09
    -31,50 (-0,77 %)
     
  • Dow Jones

    35 144,31
    +82,76 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1788
    -0,0019 (-0,17 %)
     
  • Gold future

    1 796,90
    -2,30 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    31 576,97
    -1 180,75 (-3,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    882,53
    -32,96 (-3,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,89
    -0,02 (-0,03 %)
     
  • DAX

    15 491,30
    -127,68 (-0,82 %)
     
  • FTSE 100

    6 964,48
    -60,95 (-0,87 %)
     
  • Nasdaq

    14 840,71
    +3,72 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 422,30
    +10,51 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    27 970,22
    +136,93 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    25 086,43
    -1 105,89 (-4,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,3794
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Climat: face aux catastrophes, les Etats ne peuvent plus se contenter des petits pas

·2 min de lecture

EDITO- 49° à Lytton près de Vancouver, 48° en Sibérie, pluies torrentielles à Moscou, famines à Madagascar, incendies géants en Australie ou en Californie... Telle est la politique des grands pas vers l’abîme que la nature oppose aux petits pas de nos gouvernements. On commence à comprendre la notion de "réchauffement" au-delà de son aspect lénifiant: une eau bouillante n’est pas qu’une eau plus chaude, c’est une eau brûlante en proie au chaos.

En matière de réchauffent climatique, la messe semble être dite, et de plus en plus de décideurs, soucieux d’avoir un coup d’avance, parlent désormais "d’adaptation". Mais comment s’adapter à la sécheresse, à la canicule, aux catastrophes, à la montée des eaux? Comment accepter de ne plus s’occuper que des conséquences et non des causes? L’adaptation est l’autre mot de l’égoïsme: il est possible de s’adapter chacun dans son coin, alors que la lutte contre le changement climatique est nécessairement globale, pendant qu’il en est encore temps. C’est un effondrement du sens de l’intérêt général et du bien commun. Les New-Yorkais pourront déménager ou se payer des digues, tandis que les bangladais n’auront que leurs yeux pour pleurer. Avec la logique de l’adaptation, le fossé entre pollueurs et payeurs n’aura jamais été aussi large et profond. Ceux qui pâtiront le plus du changement climatique, les pays les plus pauvres, sont ceux qui en sont le moins responsables.

Soyons clairs, toute politique des petits pas est aujourd’hui une façon de considérer que la cause universelle est perdue et de se replier sur l’adaptation locale, à chacun selon son budget et ses problèmes. En ce sens, le gouvernement français a fait le choix de ne se battre que pour donner des gages à l’électorat, et non plus pour prendre à bras le corps les problèmes climatiques. C’est le sens de la décision sans précédent du Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative française, qui a donné 9 mois à l’exécutif pour prendre "toutes mesures utiles" en vue de respecter non seulement l’, mais tout simplement la trajectoire bas carbone qu’il s’est lui-même fixée. On peut légitiment se demander si sert pour l’instant d’instrument, ou d’alibi à l’inaction. Elle a été jugée insuffisante par le CESE, par le même conseil d’Etat, par le et même par la commission du développement durable du Sénat! Un tel degré de juridicisation des débats politiques n’avait jamais été atteint, c’est dire le degré de pa[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles