La bourse ferme dans 6 h 50 min
  • CAC 40

    6 643,84
    -3,47 (-0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 922,76
    +1,49 (+0,04 %)
     
  • Dow Jones

    33 781,48
    +183,56 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,0552
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 803,50
    +2,00 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    16 320,93
    +255,12 (+1,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    405,97
    +11,29 (+2,86 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,64
    +0,18 (+0,25 %)
     
  • DAX

    14 290,52
    +25,96 (+0,18 %)
     
  • FTSE 100

    7 475,74
    +3,57 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 082,00
    +123,45 (+1,13 %)
     
  • S&P 500

    3 963,51
    +29,59 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2246
    +0,0008 (+0,06 %)
     

Ciotti (LR) veut supprimer les droits de succession et de donation

AFP/Archives - JULIEN DE ROSA

Dans une campagne qui peine à intéresser les militants, le député des Alpes-Maritimes propose une refonte complète du droit des successions.

Le candidat à la tête du parti Les Républicains, Éric Ciotti, souhaite "supprimer les droits de succession" et "les droits de donation", qu'il assimile à une "vision étriquée et passéiste de la société". Favorable à une baisse générale et drastique des prélèvements obligatoires, le député des Alpes-Maritimes, donné favori du scrutin, a assuré mardi sur franceinfo qu'il commencerait par la "suppression des droits de succession (...) sauf sur les héritages au-delà d'un patrimoine élevé", soit "5 millions d'euros en ligne directe". Il a évoqué un "impôt sur la mort" lorsqu'"on veut transmettre à ses enfants son patrimoine, le fruit du travail de toute une vie".

Injecter du capital dans l'économie

"Je rajouterai la suppression des droits de donation aussi", a poursuivi M. Ciotti, jugeant nécessaire de "faire circuler" le capital de "5.000 milliards d'épargne financière aujourd'hui dans notre pays" en direction notamment des "jeunes qui en ont besoin, qui veulent se lancer". Interrogé sur le fait de défendre les riches, il a balayé: "je veux qu'il y ait de la croissance, qu'on arrête avec les tabous, qu'on crée des emplois, qu'on crée de la richesse, c'est comme ça qu'on avancera, pas en étant dans une vision étriquée et passéiste de la société". M. Ciotti est opposé dans la course à la présidence du parti LR au sénateur Bruno Retailleau et au député du Lot, Aurélien Pradié. Les militants voteront les 3 et 4 décembre et, le cas échéant, la semaine suivante pour un second tour.

(Avec AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi