La bourse ferme dans 8 h 15 min
  • CAC 40

    5 692,54
    -61,28 (-1,07 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 322,59
    -6,06 (-0,18 %)
     
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    0,9551
    -0,0047 (-0,49 %)
     
  • Gold future

    1 630,70
    -5,50 (-0,34 %)
     
  • BTC-EUR

    19 573,14
    -1 719,43 (-8,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    426,99
    -32,15 (-7,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,29
    -1,21 (-1,54 %)
     
  • DAX

    12 139,68
    -88,24 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    6 920,76
    -63,83 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    17 314,91
    -545,40 (-3,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,0665
    -0,0066 (-0,62 %)
     

A La Ciotat, premier grand oral pour les candidats à la présidence de LR

AFP - Clement MAHOUDEAU

Candidats à la présidence du parti, Ciotti, Retailleau et Pradié ont déroulé leurs arguments devant les militants LR ce 17 septembre. Suivant un spectre allant de la droite dure à la droite populaire.

A droite toute: les principaux à la présidence des Républicains , Bruno Retailleau et Aurélien Pradié ont passé samedi 17 septembre leur premier grand oral devant les adhérents des Bouches-du-Rhône à la Ciotat. A l'applaudimètre, les trois candidats font jeu égal, dans le parc balayé par un fort mistral où la fédération départementale a réuni 400 personnes pour sa rentrée.

Ordre alphabétique oblige, Eric Ciotti est le premier sur scène, et il déroule sans surprise un discours de la méthode très à droite, fondé sur les valeurs "identité, autorité, liberté". Car LR a perdu tous ses députés dans les Bouches-du-Rhône aux dernières législatives, alors que son propre département des Alpes-Maritimes a permis de sauver cinq siège: "ce n'est pas le fruit du hasard", rappelle-t-il.

L'immigration "qui a gangrené nos cités"

Fustigeant le "déclassement qui menace la grandeur de notre nation" et l'immigration "qui a gangrené nos cités", le député des Alpes-Maritimes répète d'entrée de jeu son soutien à Laurent Wauquiez pour la présidentielle de 2027. Il promet aussi une "opposition claire, sans ambiguïté, sans compromission" à la macronie, qui aura pourtant besoin de l'appoint de voix de LR pour faire voter des textes cruciaux (notamment le budget) à l'automne.

Sa candidature en effraie certains, il le sait, et met en garde contre la recherche d'une alternative: "le rassemblement de l'immobilisme a triomphé" en 2021, avec le choix de Valérie Pécresse comme candidate à la présidentielle. "Je suis sûr que vous ne laisserez pas ce scenario se rejouer", ajoute le candidat qui peut se prévaloir d'un fort soutien chez les adhérents du sud-est.

"Projet de civilisation"

Candidat plus consensuel en vue de l'élection du 3 décembre, délivre lui aussi un discours musclé pendant ses 20 minutes sur scène. "La droite doit porter un projet de civilisation" car "la droite c'est l'identité, une vraie droite quitte à froisser la bien-pensance", lance le patron des sénateurs LR, qui veut "répondre[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi