La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2041
    +0,0061 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 793,84
    -314,00 (-0,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 274,43
    -24,53 (-1,89 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

Cinq questions sur l'incendie du centre de données OVHcloud à Strasbourg

franceinfo
·1 min de lecture

Internet brûle. Un gigantesque incendie a ravagé, mercredi 10 mars, l'un des quatre centres de données de l'entreprise OVHcloud installés à Strasbourg (Bas-Rhin). La destruction de ces serveurs a entraîné la mise hors-ligne de plusieurs sites internet, en France et dans le monde, dont celui du Centre Pompidou ou du club de rugby de Clermont-Ferrand.

Franceinfo fait le point sur ce fait-divers qui rappelle la réalité toute matérielle de nos réseaux de communication virtuels.

1Qu'est-ce qu'OVHcloud ?

Fondée en 1999 sous le nom d'OVH, l'entreprise OVHcloud avait commencé par faire de l'hébergement de sites internet, avant de se lancer dans les services "cloud" (stockage de données externalisé) pendant la décennie 2010. Avec quelques rares autres acteurs, cette société porte les espoirs du cloud européen face aux géants américains et chinois de ce secteur devenu stratégique pour l'économie numérique. Elle avait annoncé lundi se préparer à une éventuelle introduction en Bourse. Le groupe compte 2 450 collaborateurs, dont la moitié en France, et 32 centres de données dans le monde, pour un chiffre d'affaires de 600 millions d'euros en 2019.

2Que s'est-il passé ?

L'incendie s'est déclaré à 00h47 dans l'un des quatre centres de données d'OVHcloud installés dans la zone industrielle de Port du Rhin, à l'est de la capitale alsacienne, non loin de la frontière allemande. Il a mobilisé d'importants moyens de secours, dont 115 sapeurs-pompiers et 44 engins, des fonctionnaires de police (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi