La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 000,77
    -151,24 (-0,44 %)
     
  • Nasdaq

    12 955,56
    -146,99 (-1,12 %)
     
  • Nikkei 225

    29 222,77
    +353,86 (+1,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0183
    +0,0012 (+0,12 %)
     
  • HANG SENG

    19 922,45
    +91,93 (+0,46 %)
     
  • BTC-EUR

    22 897,54
    -742,24 (-3,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    554,79
    -18,02 (-3,15 %)
     
  • S&P 500

    4 277,78
    -27,42 (-0,64 %)
     

Cinq candidats à la succession de Johnson commencent les débats télévisés

HENRY NICHOLLS

Le départ de Boris Johnson n'interviendra que début septembre mais il n'y pas encore de favori pour lui succéder.

Les cinq derniers prétendants à la succession de Boris Johnson à la tête du Parti conservateur et du gouvernement, s'affronteront lors d'un débats télévisés vendredi 15 juillet, le premier d'une série de trois. La liste initiale de 11 candidats a été réduite à 5 après un deuxième tour de vote, mais aucun n'est encore apparu comme le successeur évident de Boris Johnson, qui a annoncé qu'il quittait ses fonctions à la suite d'une série de scandales.

Si l'ancien ministre des Finances, Rishi Sunak, est arrivé en tête des deux votes internes, il doit faire face à une rude concurrence de la part de la ministre des Affaires étrangères, Liz Truss, qui a le soutien de plusieurs personnalités de premier plan, et de la part de la ministre du Commerce, Penny Mordaunt, qui, selon les sondages, est la plus populaire auprès des membres du parti qui décideront du vainqueur.

L'ancienne ministre de l'Égalité des chances, Kemi Badenoch, et Tom Tugendhat, président de la commission des Affaires étrangères du Parlement, restent également en lice et espèrent qu'une bonne performance lors des débats télévisés donnera un élan à leur campagne. Quel que soit le candidat retenu, il devra faire face à une inflation galopante et à une faible croissance économique, ainsi qu'au manque de confiance du public dans la politique après le passage au pouvoir de Boris Johnson.

Les sondages suggèrent également que les conservateurs sont en train de prendre beaucoup de retard sur le parti d'opposition, le parti travailliste.

"Qui sera la meilleure personne pour affronter (le leader travailliste) Keir Starmer aux prochaines élections générales ?", a interrogé le député Richard Holden, partisan de Rishi Sunak, à Sky News."C'est ce qui m'intéresse, car j'ai besoin de conserver mon siège afin de servir les intérêts de mes concitoyens".

Deux candidats d'ici le 21 juillet

Rishi Sunak, dont la décision de quitter le Trésor la semaine dernière a contribué à déclencher une cascade de démissions ministérielles f[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles