La bourse est fermée

Cinéma : plongée dans les lieux du pouvoir à Hollywood

Dimitri Dimitrov n’est pas un homme comme les autres. C’est le «maître d'» (prononcer «maîtreu di»), ce qui veut dire à la fois maître d’hôtel et concierge, le plus apprécié du Tout-Hollywood. À 68 ans, ce Macédonien, qui fut un temps le majordome du couturier Tom Ford, arbore à la boutonnière deux clés entrecroisées. «Le réalisateur Wes Anderson m’en a fait cadeau, chuchote-t-il. Il s’est inspiré de moi pour le personnage du majordome dans le film The Grand Budapest Hotel .» «Dimitri», comme Sofia Coppola, Elon Musk (Tesla) et tous les habitués l’appellent affectueusement, règne sur le San Vicente Bungalows, le club ultra privé le plus couru de Los Angeles, dans le quartier de West Hollywood. Un club qui compte 3.000 membres, sélectionnés par un jury de huit personnalités. Tous ont acquitté 1.800 dollars de frais d’inscription, auxquels s’ajoutent 4.200 dollars de cotisation annuelle.

Même à ce prix, l’endroit pourtant modeste, avec sa salle de projection, ses neuf petites chambres et sa cuisine méditerranéenne sans chichi, affiche complet. «Nous avons 9.000 personnes sur la liste d’attente en ce moment, précise Dimitri. Et 99% d’entre elles ne seront jamais acceptées.» Et pour cause : si les stars se pressent dans ce «membership club», ou aux deux Soho House de West Hollywood et de Malibu, qui fonctionnent sur le même principe, c’est pour être tranquilles. «À l’heure des réseaux sociaux, sur lesquels les carrières peuvent se défaire en quelques secondes, ces célébrités ont peur d’être prises en photo ou filmées», confie un habitué. À l’entrée du San Vicente, même ces happy few sont priés de coller un autocollant sur le capteur photo de leur smartphone pour éviter toute image compromettante. Et les journalistes ne sont pas les bienvenus : le soir de notre visite, nous avons été confinés un quart d’heure dans l’antichambre, pour une rapide interview – suffisamment de temps pour voir débarquer Tom Ford, lunettes fumées sur le nez, et l’humoriste britannique James Corden.

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Coronavirus : un douzième cas confirmé en France, notre carte de l'épidémie en temps réel
Il n’y aura finalement pas de malus pour les voitures d’occasion importées
Manchester City lourdement sanctionné pour son manque de fair-play
"Aberrant", "études faussées" : un projet d'autoroute fait polémique en Haute-Savoie
Pyrénées : la station manque de neige, elle en fait venir par hélicoptère