La bourse est fermée

Cigéo: le projet d'enfouissement des déchets nucléaires retardé d'un an

1 / 2

Cigéo: le projet d'enfouissement des déchets nucléaires retardé d'un an

La construction du futur centre d'enfouissement des déchets nucléaires, situé à Bure (Meuse) à, a été repoussé d'un an. L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs indique que le dépôt de la demande d'autorisation de construction a pris du retard. 

La construction du centre Cigeo n'interviendra pas avant 2022. Le dépôt de la demande d'autorisation de construction (DAC) de Cigéo, le futur centre d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure (Meuse) n'interviendra que mi-2019 a annoncé l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). "Pour le dépôt de la DAC, on passe de mi-2018 à mi-2019", a indiqué Pierre-Marie Abadie, le directeur général de cette structure, ce qui "repousse le début de la construction à 2022", l'instruction de la demande prenant environ trois ans.

"Afin d'intégrer les études des variantes de nos choix de conception, nous avions prévu ce report avant même l'avis de l'Institut de radioprotection et de sureté nucléaire" (IRSN) publié le 4 juin, a assuré le dirigeant. L'Andra a notamment revu certaines options pour ramener le coût du projet à 25 milliards d'euros, le chiffrage retenu début 2016 par les services de l'ancienne ministre de l'Environnement, Ségolène Royal.

Dans son évaluation du projet, l'IRSN a estimé que Cigéo avait atteint, "dans l'ensemble, une maturité technique satisfaisante" mais relevé quatre points à améliorer, le principal concernant l'impact d'un éventuel incendie sur une partie des déchets, stockés dans une matrice de bitume.

L'avis de l'ASN attendu d'ici la fin de l'été

"Le sujet des bitumes n'est pas nouveau, il est connu mais il réémerge avec Cigéo", a...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi