Marchés français ouverture 3 h 39 min

Chute vertigineuse de la production automobile française

C'est la dégringolade pour la France dans le classement européen des producteurs automobiles. Alors qu'elle était encore deuxième producteur européen d'automobiles en 2011, la France a chuté à la cinquième place selon une étude de l'Insee qui révèle le nouveau classement pour 2016. En effet, la production automobile française est dépassée par la concurrence européenne. Représentant désormais 6,7% de la production automobile de l'Union européenne, la France a été doublée par l'Italie (7,2%), l'Espagne (7,4%) et le Royaume-Uni (8,2%). L'Allemagne reste de son côté loin devant en première place, avec 44,5% de la production du continent.

"Depuis le début des années 2000, le poids de la production automobile française en Europe a été divisé par deux (13,1 % en 2000). Dans le même temps, l’Allemagne a conforté sa position (40,6 % en 2000), alors que le poids des pays de l’Est a plus que triplé (16,5 % en 2016 contre 5,2 % en 2000)", détaille l'institut statistique français. La France s'est faite totalement décrocher par l'Allemagne. Alors que la production automobile allemande était 3,1 fois supérieure à celle française en 2000, elle était "6,6 fois supérieure en 2016". Dans le même temps, le poids des pays de l'Est a plus que triplé, à 16,5% du total.

>> Lire aussi - Automobile : 2020, année noire pour la production française ?

Un constat qui s'explique notamment par les délocalisations d'une partie de la production des groupes automobiles français dans d'autres pays d'Europe. Des délocalisations qui ont à la fois fait baisser la part produite en France et favorisé la progression de la production dans nos pays voisins. "Si les groupes multinationaux français contribuent toujours positivement au solde commercial, ils ont localisé une partie majoritaire de leur production à l'étranger pour servir les marchés locaux, mais aussi pour être réexporté vers la France", résume l'Insee. La perte de vitesse de l'industrie automobile française s'explique en partie par "les parts de marché

(...) Cliquez ici pour voir la suite