La bourse ferme dans 4 h 11 min

Chute des prix du pétrole : "Une réaction violente et stupide de l'Arabie saoudite"

Les prix du pétrole se sont effondrés ce lundi 9 mars, à la suite d'un revirement de stratégie de l'Arabie saoudite.

Double krach sur les marchés financiers. Alors que les grandes places boursières ont fermé sur une forte baisse (-8,39% pour le CAC 40) ce lundi 9 mars, le prix du pétrole a lui aussi connu une chute historique, le baril de Brent perdant 22% de sa valeur. Ce plongeon fait suite à un virage stratégique de l'Arabie saoudite : jusque-là déterminé à maintenir les cours, le royaume a décidé de casser ses prix et d'augmenter sa production. Deux jours encore auparavant, les Saoudiens avaient demandé une nouvelle baisse de leur production aux autres membres de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et à la Russie, qui se coordonnent depuis plusieurs années pour limiter leurs exportations et soutenir les tarifs. Mais cette fois-ci, le prince héritier Mohammed ben Salmane s'est heurté à un refus de la Russie, ce qui l'a poussé à changer de braquet. Analyse de ce coup d'éclat et de ses conséquences avec Philippe Chalmin, professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine et spécialiste des matières premières.

Lire aussi "Malgré la chute récente, la Bourse est toujours surévaluée de 20% à 50%" : sur les marchés, la crainte d'un choc économique lié au coronavirus

Marianne : Une telle baisse du prix du pétrole est-elle exceptionnelle ?

Philippe Chalmin : Avec un passage de 45 dollars le vendredi soir à 35 dollars le lundi, cette baisse des cours rentre dans la catégorie des grands contre-chocs pétrolier. Elle se situe dans la lignée de ceux de 1985, 1995 et 2014, où l'Arabie Saoudite était déjà à chaque fois à la manœuvre. Le prix du baril pourrait descendre jusqu'à 30 dollars en 2020, cette chute étant favorisée par la baisse de la demande liée à la crise du coronavirus. L'épidémie pèse sur l'activité des transports aérien et maritime et de la Chine, même si les exportations de pétrole du pays sont pour l'instant en hausse par rapport à 2019. Une fois la page du coronavirus tournée, il devrait y avoir une remontée de la demande et des prix à la fin de l'année.

Lire la suite