La bourse est fermée

La chronique de David Abiker : petit éloge de la facture

Il y a longtemps, dans une autre galaxie, lorsque je faisais du conseil, j’avais un patron, Philippe L, qui se mêlait passionnément de mon travail. Il se mêlait aussi de la facturation. Il nous répétait en boucle : "Dès que votre propal est acceptée, facturez. Il vaut mieux avoir des factures dehors que dedans !" Une nuit je me rappelle avoir rêvé ceci : j’étais devant une muraille, de l’autre côté se trouvait le client, en l’occurrence une cliente qui me faisait particulièrement fantasmer. Devant le pont-levis à moitié relevé, je m’évertuais à lui envoyer une facture en forme d’avion en papier qui s’écrasait systématiquement sur les créneaux de la fortification puis retombait sur le gazon, devant le château-fort. Je n’ai jamais revu cette cliente, j’ai quitté Philippe L. avec émotion et une immense reconnaissance. Car il m’a transmis une chose, un principe, une certitude à moi qui suis nul en business : sans client à facturer, la vie des affaires n’a aucun sens.

Du coup, je m’étonne aujourd’hui que les représentants de la nouvelle économie n’aient que le mot tour de table, investisseurs, levée de fond à la bouche. Car l’essentiel, c’est tout de même la facture. Si j’étais ministre de l’Education Nationale, j’enseignerais deux choses en initiation à l’économie : le bulletin de paie et la facture. Pour que dès le plus jeune âge nos enfants sachent comment fonctionne notre système de redistribution et à quoi servent les cotisations (surtout en cette période de réforme des retraites et de révolte fiscale). Et pour qu'ils sachent facturer. J’entends ici et là que l’entreprise doit avoir une raison d’être (sinon elle a du mal à se lever le matin... à ce qu’il paraît), que sans projet environnemental et durable, sans responsabilité sociale elle ne saurait aller bien loin. Peut-être mais sans facture, je ne suis pas certain qu’une entreprise tienne trente secondes.

>> À lire aussi - Entrepreneurs : comment procéder au recouvrement amiable de vos factures ?

Les Français n’aiment

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Grève contre la réforme des retraites : il n'y aura pas de trêve de Noël
Bourse : faut-il croire au "rally du père Noël" sur les actions ?
Retraites : Laurent Pietraszewski remplace Jean-Paul Delevoye
Les villes et secteurs pour décrocher des métiers d’avenir, combien les sénateurs dépensent-ils en frais de taxis et de réception ? Le flash éco du jour
Payés 3,40 euros de l’heure, les marins se rebellent sur le yacht d’une grande fortune française