La bourse est fermée

La chronique de David Abiker : disparaître de l'entreprise... sans préavis

Une DRH œuvrant dans le secteur high-tech, indignée, me racontait récemment ceci : «Tu te rends compte ? Le mec, c’est souvent des mecs dans l’informatique, tu lui fixes un rendez- vous pour un entretien, tu lui proposes the job et il ne vient pas, tu le crois, ça ? Pas un coup de fil, pas un e-mail, rien ! » Elle était larguée, la DRH. S’inscrire aux abonnés absents quand l’entreprise vous tend les bras, les Anglais appellent ça le ghosting. J’ai repensé à Xavier Dupont de Ligonnès. Pourquoi cet homme réussit-il tout à la fois à nous horrifier et à nous fasciner ? Parce qu’il a disparu sans laisser d’adresse dans un monde où nous sommes tous tracés.

L’an dernier, une collègue a disparu sans crier gare pendant trois jours. Tout le monde s’est inquiété. Burn- out ? Coup de sang ? Défi, à la façon du héros de Herman Melville, Bartleby, avec son «I would prefer not to» ? Elle a fini par revenir sans donner d’explication. Personne n’a osé lui en demander. L’absentéisme est souvent opposé au présentéisme. Pourtant, la véritable subversion, la véritable négation du présentéisme, c’est la disparition. Il faudrait inventer un équivalent français pour ghosting. «Evaporation», peut-être ?

>> À lire aussi - Toujours plus d'absences de longue durée chez les salariés

Au boulot, j’ai plus d’une fois songé à disparaître. Souvent à la suite d’une frustration. Comme Houdini dans sa cage, j’ai imaginé dénouer d’un coup les liens juridiques du contrat qui m’assujettissait à mon employeur. L’un de mes amis magiciens précise à ses clients qu’il souhaite être payé «50% à la commande et 50% au lendemain de la prestation». L’un d’eux lui a fait le coup, un jour, de faire traîner son règlement. Eh bien, cela n’a pas fait un pli : mon illusionniste a disparu pour de bon. Injoignable jusque dans les dernières secondes qui précédaient la convention de cadres où il devait intervenir. Panique. Le virement est parti le jour même. Devenir gazeux alors

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quand l'armée américaine annonce par erreur son retrait d'Irak
Sanofi, nouveau potentiel sur les actions du géant de la santé : le conseil Bourse du jour
737 MAX : la facture s'alourdit pour Boeing après son accord avec American Airlines
Réforme des retraites : nouveau round de négociations dans un climat tendu
Ces frais bancaires qui augmentent (encore) en 2020