La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 760,46
    +625,47 (+2,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 084,25
    +254,74 (+2,35 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    0,9737
    +0,0139 (+1,45 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • BTC-EUR

    20 129,19
    +381,00 (+1,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    446,80
    +18,01 (+4,20 %)
     
  • S&P 500

    3 729,47
    +82,18 (+2,25 %)
     

[Chronique] Un compte influent a-t-il le devoir de défendre une cause ?

Disposer d’un grand nombre d’abonnés sur une plateforme oblige-t-il à endosser des responsabilités publiques ? À l’inverse, un compte influent est-il condamné à rester dans le divertissement, léger et hors du temps ? C’est la thématique qu’aborde Marie Turcan, dans la chronique du 2 septembre de l’émission le Meilleur des mondes sur France Culture, dont Numerama est partenaire pour la deuxième année consécutive.

William Lafleur. Son nom ne vous dit peut-être rien, car il est plus connu sous le pseudonyme de « MonsieurLeProf ». Un prof d’anglais qui cumule près de 450 000 abonnés sur Twitter, l’un des plus gros comptes français dans le monde de l’enseignement. Pourtant, il rend son tablier.

MonsieurLeProf a annoncé qu’il allait quitter l’Éducation nationale après une dernière année de cours, écœuré par ce qu’il décrit comme le délabrement d’une grande institution. Il s’en est confié au Parisien.

Il y a dix ans, le compte Twitter de William était dédié à l’humour. C’était surtout des histoires d’élèves qui trichent, des perles de collègues un peu à l’ouest, mais aussi des vannes plutôt acerbes sur les ados flemmards qu’il côtoyait, avec beaucoup de second degré, presque un peu troll. Une sorte de Ducobu 2.0… mais du point de vue de l’insist’.

Et puis… les choses ont changé.

Les mutations d’un compte au diapason avec les mutations d’une profession

Comme beaucoup d’enseignants,

[Lire la suite]