Marchés français ouverture 2 h 10 min
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,88 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,90 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    27 793,33
    +15,43 (+0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0581
    +0,0050 (+0,48 %)
     
  • HANG SENG

    19 328,74
    +653,39 (+3,50 %)
     
  • BTC-EUR

    16 372,38
    +165,40 (+1,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    410,39
    +8,97 (+2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     

Christophe Périllat (Valeo) : "La transition écologique sera une source d’inflation"

Agence Couloir

En prélude au Sommet de l'Economie, Christophe Périllat, directeur général de Valeo, parle sans tabou de la nécessaire transition écologique de l'industrie automobile.

Challenges : Comment Valeo aborde la transition écologique ?

Christophe Périllat - Nous avons pris l’engagement d’une neutralité carbone de nos activités en 2050. Mais comme c’est loin, nous nous sommes donnés des objectifs pour 2030 : une réduction de nos émissions de 45 %, à la fois dans nos process (- 75 %) et dans l’usage de nos produits (- 15 %). C’est un axe essentiel, qui mobilise à la fois nos directions d’usines et notre R&D à laquelle il revient d’imaginer et désigner les produits de demain.

EVENEMENTINSCRIVEZ-VOUS AU SOMMET DE L'ECONOMIE (1ER DECEMBRE)

Ces produits seront-ils plus cher ?

Il ne faut pas se leurrer : un véhicule électrique coûte plus cher qu’un véhicule à combustion ; l’acier ou l’aluminium "vert" coûte plus cher que l’acier ou l’aluminium "gris". Globalement, la transition écologique ne sera pas un facteur de pouvoir d’achat supplémentaire mais une source d’inflation structurelle. Ce n’est pourtant pas une raison pour ne pas la faire.

Alors à quel rythme ?

Aujourd’hui, le transport routier est responsable de 18 % des émissions de CO2 dans le monde – 12 % pour les véhicules particuliers, 6 % pour les poids lourds. Il n’y a pas un instant à perdre. Et il faut aller vite également parce que l’industrie chinoise est à fond : 18 % des ventes de voitures en Chine, premier marché mondial, sont déjà électriques. Va-t-on laisser la Chine produire une voiture électrique sur deux ? C’est aussi une affaire de souveraineté.

Certains industriels regrettent le choix du tout électrique : partagez-vous leurs craintes ?

Il faut aller vers l’électrification totale le plus vite possible. Oui, ce sera compliquée car il y a plein d’obstacles : la nécessité de disposer d’électricité verte, la surconsommation de certaines matières premières, le problème des stations de recharge… Mais aucun de ces obstacles n’est suffisamment important pour que l’on ne souscrive pas à cette obligation : il faut décarboner

Il y a aussi le risque de pertes d’emplois…

Est-ce une rais[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi