Marchés français ouverture 8 h 41 min
  • Dow Jones

    30 775,43
    -253,88 (-0,82 %)
     
  • Nasdaq

    11 028,74
    -149,16 (-1,33 %)
     
  • Nikkei 225

    26 393,04
    -411,56 (-1,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,0477
    +0,0033 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    17 928,64
    -1 591,03 (-8,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,82
    -26,65 (-6,18 %)
     
  • S&P 500

    3 785,38
    -33,45 (-0,88 %)
     

Christophe Lecourtier: "La France a énormément amélioré son image auprès du milieu des affaires international"

INTERVIEW - Avec 1.222 implantations ou extensions annoncées, la France reste le pays le plus attractif en Europe en 2021 pour les investisseurs étrangers, et creuse l'écart avec le Royaume-Uni et l'Allemagne, selon le baromètre de l'attractivité du cabinet EY. Christophe Lecourtier, directeur général de Business France, l'organisme chargé d'attirer ces entreprises internationales dans l'Hexagone, analyse les raisons de cette bonne fortune.

La France confirme, pour la troisième année consécutive, , selon . Sur l’année dernière, l’Hexagone a enregistré 1.222 décisions d’implantations ou d’extensions concernant des entreprises à capitaux étrangers (+24%) permettant de maintenir et créer 44.751 emplois en France, contre 993 décisions d’investissements au Royaume-Uni (+2%) et 841 en Allemagne (-10%).

Christophe Lecourtier, directeur général de Business France, l’agence publique d’aide au développement international des entreprises françaises, aux investissements internationaux dans l’Hexagone et chargée de la promotion économique du pays, analyse cette bonne performance.

Challenges - Les chiffres du baromètre EY confirment la tendance positive de votre bilan 2021 publié mi-mars…

Christophe Lecourtier - Effectivement, Business France avait déjà établi que l’Hexagone n’a jamais été aussi attractif aux yeux des entreprises étrangères qu’en 2021 : nous avons recensé un record de 1.607 annonces de projets d’investissements en 2021, en hausse de 32%, permettant de maintenir et créer 45.000 emplois (+30%). La méthodologie de EY est différente mais nos chiffres ne diffèrent pas fondamentalement. Ce qu’il faut retenir c’est la dynamique : historiquement, la France était 3e dans le baromètre d’EY, elle est passée 2e en 2018 et est montée 1ère depuis 2019. Aujourd’hui, nous distançons nettement les pays qui sont nos grands rivaux, le Royaume-Uni et l’Allemagne

Comment expliquer que la France se soit imposée en terre d’élection des investissements étrangers ?

Incontestablement, la politique gouvernementale, résolument pro-business, est payante. Sur le fond, les promesses ont été tenues. Le marché du travail est plus flexible, avec les arrêtés Pénicaud. Et la baisse de la pression fiscale est sensible : l’impôt sur les sociétés est descendu au niveau moyen européen, il y a eu une coupe dans les impôts de production, les charges sociales se sont réduites sur les bas salaires. Le crédit impôt-recherche, très attractif po[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles