Marchés français ouverture 4 min
  • Dow Jones

    33 874,24
    -71,34 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 271,73
    +18,46 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    28 875,23
    +0,34 (+0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,1940
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 876,29
    +59,22 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 729,89
    -920,45 (-3,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    798,67
    -11,52 (-1,42 %)
     
  • S&P 500

    4 241,84
    -4,60 (-0,11 %)
     

Le choix des jeunes

·2 min de lecture

L’offensive d’Emmanuel Macron envers la nouvelle génération paie. Tout comme celle de Marine Le Pen. Mais cet électorat est très volatil.

Plus de 14 millions de vues en une semaine : la vidéo de concours d’anecdotes d’Emmanuel Macron avec les youtubeurs McFly et Carlito a fait un carton. Avec, aussi, ses posts Instagram pour promouvoir le pass culture (300 euros pour les 18 ans) et, en janvier, son interview au média web Brut., le président s’investit pour séduire les jeunes, pour qui il prépare un vaste plan d’aides pour la rentrée. Avec un certain succès, puisque selon notre dernier sondage Harris Interactive, il attirerait 27 % des suffrages des 18-24 ans à la présidentielle 2022, devant Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (24 %) – dans l’hypothèse d’une candidature de Xavier Bertrand à droite.

Cependant, "le premier parti des jeunes, c’est, de loin, l’abstention, rappelle Jean-­Daniel Lévy, le directeur délégué d’Harris Interactive. Plus d’un sur deux ne vote pas hors présidentielle. Et les jeunes sont aussi très zappeurs, se décident à la dernière minute, c’est difficile de miser sur cet électorat". En 2017, 68 % d’entre eux étaient allés aux urnes, soit 7 points de moins que la moyenne et 15 points de moins que les plus de 65 ans. Ces derniers sont au nombre de 11 millions, contre 6 millions de 18-25 ans, qui du coup n’avaient représenté que 9 % des bulletins, contre plus de 23 % pour les seniors. Mais la jeunesse reste un électorat convoité, tant elle symbolise l’avenir.

"Pourtant, l’âge n’est pas un déterminant puissant du vote, relève Jean-Daniel Lévy. Même s’ils sont plus ouverts sur les questions sociétales et concernés par l’écologie, les jeunes ne votent pas très différemment de leurs aînés. Il y a peu en commun entre les 40 % qui n’ont pas le bac et vivent à la campagne ou en périphérie et les 20 % qui ont bac +5, urbains, mobiles et connectés. Le déterminant reste plus que jamais le niveau de diplôme et la classe sociale." Cela explique le bon score de Marine Le Pen, qui a pris soin de s’affranchir des positions réactionnaires de son père (elle est restée en retrait de la Manif pour tou[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles