La bourse ferme dans 1 h 59 min
  • CAC 40

    6 726,60
    -27,37 (-0,41 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 965,84
    -18,66 (-0,47 %)
     
  • Dow Jones

    34 097,47
    -297,54 (-0,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,0483
    -0,0045 (-0,43 %)
     
  • Gold future

    1 797,70
    -17,50 (-0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    16 132,11
    -249,56 (-1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,29
    -0,13 (-0,03 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,08
    -0,14 (-0,17 %)
     
  • DAX

    14 557,45
    +67,15 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 533,39
    -25,10 (-0,33 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 034,47
    -42,10 (-1,03 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2203
    -0,0053 (-0,43 %)
     

Chine: Xi Jinping a causé une belle crise immobilière

POOL

Pilier de la deuxième économie mondiale, le logement est victime de la politique zéro-Covid. Le président chinois s'entête, après avoir déjà purgé le secteur de la tech. Et le krach menace.

A quelques semaines du XXe congrès du Parti communiste chinois qui un problème déjà préoccupant prend des proportions de plus en plus alarmantes. Le secteur immobilier, qui représente un cinquième du PIB, s'enfonce dans la crise, avec une baisse de 29% de la valeur des logements en un an.

En 2020, Pékin avait imposé des limites aux montants que pouvaient emprunter les promoteurs. L'idée était de freiner les risques pris par les professionnels et de dissuader les spéculateurs. Xi Jinping martelait alors que "le logement est fait pour l'habitation, pas pour la spéculation" . Ce plan, dit des "lignes rouges" , n'a permis ni de satisfaire la demande de logements, ni de calmer l'appât du gain qui motive certains responsables officiels et les promoteurs, souvent très proches. Les choses ont commencé à mal tourner l'an dernier avec le défaut de paiement du mastodonte immobilier Evergrande. Aujourd'hui, la crise est devenue politique, puisque c'est bien le pouvoir central qui en porte la responsabilité.

Une bonne partie du problème tient en effet à l En s'obstinant à vouloir enrayer les contaminations par le confinement strict de villes entières, le pouvoir a déstabilisé le secteur, et l'économie en général.

La crise est devenue politique

Le gouvernement central a certes tenté de réagir. Il a réduit les taux d'intérêt et permis aux responsables locaux d'assouplir les restrictions sur qui peut acheter des biens immobiliers - et la façon de le faire. Il encourage également, dans tout le pays, la reprise des chantiers inachevés. Mais les autorités locales manquent de moyens pour réellement améliorer les choses, notamment parce que le ralentissement de l'immobilier se traduit par une baisse des recettes qu'elles perçoivent sur les ventes de terrains. La crise est devenue politique, car c'est le pouvoir central qui a déstabilisé le secteur, et l'économie en général.

Lire aussi

Le marché immobilier chinois doit être réorganisé. Les gouvernements locaux doivent trouver d'autres s[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi