La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 225,61
    -458,13 (-1,54 %)
     
  • Nasdaq

    10 737,51
    -314,13 (-2,84 %)
     
  • Nikkei 225

    26 422,05
    +248,07 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    0,9816
    +0,0077 (+0,80 %)
     
  • HANG SENG

    17 165,87
    -85,01 (-0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    19 864,85
    -194,07 (-0,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,40
    -1,58 (-0,35 %)
     
  • S&P 500

    3 640,47
    -78,57 (-2,11 %)
     

La Chine travaille sur une torpille air-eau révolutionnaire

Selon le South China Morning Post, la Chine travaillerait actuellement sur un missile supersonique capable de s’approcher de sa cible par les airs, puis de passer sous l’eau comme une torpille. Des chercheurs de l’Université nationale de technologie de défense à Changsha viennent de publier, dans la revue chinoise Journal of Solid Rocket Technology, leur projet pour un missile air-eau de cinq mètres de long dont le réacteur fonctionne aussi bien dans l’air que dans l’eau.

L’engin sera propulsé par un superstatoréacteur (ou scramjet) qui utilisera un combustible contenant 60 % de nitrure de bore. Cela lui permet d’atteindre une vitesse de croisière de Mach 2,5 à une altitude de 10.000 mètres. Le missile pourra voyager dans l’air sur une distance de 200 kilomètres, avant de raser la surface de l’eau sur 20 kilomètres afin d’être impossible à détecter.

Propulsion sous-marine par supercavitation

Une fois que le missile n’est plus qu’à dix kilomètres de sa cible, il plonge sous l’eau et avance comme une torpille. L’engin peut alors atteindre une vitesse de 200 nœuds (370 km/h) grâce à la supercavitation, une technique couramment utilisée par certaines torpilles qui s’entourent d’une bulle d’air pour réduire les frottements de l’eau.

Le missile sera capable de changer cap à tout moment, et même plonger à une profondeur de 100 mètres pour éviter les systèmes de défense. Il serait tellement rapide qu’aucun système de défense actuel ne serait capable de l’arrêter. Reste à voir si une arme basée sur un tel combustible représente effectivement une avancée stratégique pour la Chine, étant donné que le pays importe la moitié de ses minerais de bore depuis les États-Unis.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura