La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 074,81
    -18,15 (-0,05 %)
     
  • Nasdaq

    12 252,34
    +436,02 (+3,69 %)
     
  • Nikkei 225

    27 402,05
    +55,17 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0924
    -0,0070 (-0,63 %)
     
  • HANG SENG

    21 958,36
    -113,82 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    22 026,79
    +782,45 (+3,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    550,54
    +5,23 (+0,96 %)
     
  • S&P 500

    4 190,53
    +71,32 (+1,73 %)
     

Chine: la toute-puissance de Xi Jinping mise à rude épreuve en 2023

© L. Zhang / Getty Images / AFP

2023, Le monde qui vient (23/53). La Chine, qui a plaidé l'ouverture économique et tourné la page du Covid à Davos mardi 17 janvier, traverse une mauvaise passe. Elle s'ajuste mal aux nouvelles réalités. Xi Jinping manœuvrera pour tenir son cap.

Xi Jinping a passé ses dix premières années à la tête de la Chine à braver cette notion communément admise: un contrôle politique toujours plus strict est l'ennemi du dynamisme économique et de l'harmonie sociale. En 2023, alors qu'il entame sa deuxième décennie au pouvoir, la viabilité de l'approche du président chinois quant à la gouvernance - un style de gouvernement qui accapare le pouvoir et pratique le micro-management - sera mise à l'épreuve.

Lors de ses deux premiers mandats à la direction du Parti communiste de 2012 à 2022, l'interventionnisme de Xi Jinping a été compensé par la vastitude de la Chine, par sa position dominante dans de nombreuses chaînes d'approvisionnement et par le dynamisme économique édifié au long de plusieurs décennies de réformes du marché et d'ouverture au monde. La montée en puissance de la Chine apparaissait comme inexorable, alors que le président affirmait l'autorité du parti sur tout, depuis le système juridique jusqu'aux universités en passant par les médias d'information et les industries du divertissement, dans l'objectif de bâtir une économie plus stable et moins inégalitaire.

La sécurité nationale est devenue un pilier de la politique de l'ère Xi Jinping. Des sommes énormes sont dépensées dans des politiques industrielles destinées à rendre la Chine autosuffisante, de façon que les Etats-Unis et d'autres adversaires ne puissent plus suspendre la fourniture de technologies vitales. De manière beaucoup plus disruptive la Chine de Xi Jinping a, face à la pandémie de Covid, mis en place le système de surveillance le plus ambitieux de l'histoire, avec fermeture des frontières, tests incessants, confinements de villes entières pendant plusieurs semaines, apps de smartphones traçant les déplacements individuels et mobilisation d'armées de policiers et de gardiens.

Amas de statistiques médiocres

Les défenseurs de toutes ces mesures intrusives pensent que Xi Jinping a une vision à long terme, et qu'un peu de disruption aujourd'hui e[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi