Marchés français ouverture 7 h 37 min
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -383,91 (-2,41 %)
     
  • Nikkei 225

    27 946,08
    +124,32 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,1339
    0,0000 (-0,0000 %)
     
  • HANG SENG

    23 475,26
    -2 174,84 (-8,48 %)
     
  • BTC-EUR

    50 639,55
    -823,53 (-1,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 456,40
    -11,53 (-0,79 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     

La Chine a testé un missile hypersonique en orbite, selon le «Financial Times»

·1 min de lecture

C’est une révélation qui pourrait avoir l’effet d’une bombe. D’après le quotidien financier britannique,la Chine a lancé en août dernier un missile à capacité nucléaire qui a fait le tour de la Terre en orbite basse. Un test qui a surpris le renseignement américain avec qui Pékin est entrainée dans une course à l’armement.

Cette annonce démontre les ambitions de la Chine dans ce contexte de rivalité croissante avec Washington. Car ce tir de missile hypersonique représente une avancée majeure pour la seconde puissance mondiale qui s’est gardée de communiquer sur ce test balistique, contrairement à son habitude.

Les missiles supersoniques peuvent voler à plus de cinq fois la vitesse du son. Surtout, ils ont l’avantage de ne pas suivre de trajectoire fixe et d’être manœuvrables, ce qui les rend plus difficile à suivre et à intercepter.

Si le missile chinois, à capacité nucléaire, a raté sa cible de plus de 32 km, l’événement a eu de quoi surprendre et inquiéter le renseignement américain.

Doutes sur le bouclier américain antimissile

Les États-Unis sont dotés d’un système de défense contre les missiles balistiques, mais les interrogations demeurent concernant son efficacité face aux missiles hypersoniques, une technologie développée par une poignée de pays dans le monde.

La Chine affirme mener une politique militaire défensive par nature et ne cesse de critiquer les manœuvres américaines dans le Pacifique.

La révélation du tir chinois intervient alors que Pékin intensifie ses activités militaires près de Taïwan, île qu’elle considère comme une « province rebelle », mais alliée des Etats-Unis.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles