La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 579,03
    +299,54 (+1,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

La Chine riposte aux mesures anti-Covid du Japon et de la Corée du Sud

AFP - STR

Pour se plaindre de "discriminations" contre ses voyageurs désireux de se rendre au Japon et en Corée du Sud, la Chine a cessé de délivrer des visas aux ressortissants des deux pays.

Après “pétrole contre nourriture”, l’expression “tests contre visas” ferait-elle florès dans les milieux diplomatiques ? Mardi, la Chine a cessé de délivrer des visas aux ressortissants japonais et sud-coréens désireux de se rendre sur son territoire. La décision semble avoir d’abord été signifiée aux agences de voyages nippones et sud-coréennes qui “vendent” la “destination Chine” ; celles-ci ont, en effet, vu toutes leurs demandes brutalement refusées.

L’ambassade de Chine à Séoul a indiqué, de son côté, que cette mesure durera “jusqu’à ce que les mesures discriminatoires contre la Chine soient levées”. Mercredi, après les protestations des pays concernés, la tension est encore montée d’un cran : Pékin exige désormais de ces pays un visa pour un simple transit par la Chine. Cette décision répond au tour de vis sanitaire mis en place par le Japon et la Corée du Sud après l’explosion des cas de Covid-19 en Chine et l’opacité officielle qui l’entoure. Depuis quelques semaines, ces deux voisins imposent par exemple aux voyageurs en provenance de l'Empire du Milieu de présenter un test négatif au Covid-19 au départ et à l’arrivée, avant de pouvoir circuler librement sur leur territoire. Mais la rétorsion de Pékin ne cible que ces deux pays, alors qu’au moins quatorze gouvernements (dont la France) ont aussi pris des précautions comparables.

Tensions diplomatiques sur fond de reprise du tourisme en Asie

Surtout, ces nouvelles mesures de précaution semblent bénignes au regard des mesures que la Chine elle-même, lieu d’origine de l’épidémie, prenait contre tout visiteur étranger jusqu’à leur levée le 8 janvier : fermeture du territoire aux étrangers, mises en quarantaine erratiques, séparation des enfants et des parents, suspension de la délivrance des passeports… “J’étais en vacances en Malaisie lorsque la Chine a mis en place son interdiction d’entrée sur le territoire pour les étrangers, même résidents. J’ai appris la nouvelle en short. Et c’est en short que je suis [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi