Publicité
La bourse ferme dans 44 min
  • CAC 40

    8 083,50
    -18,83 (-0,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 023,61
    -13,99 (-0,28 %)
     
  • Dow Jones

    39 047,00
    -18,26 (-0,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0852
    +0,0034 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    2 340,00
    +2,80 (+0,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 400,37
    -82,29 (-0,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 425,42
    -42,68 (-2,91 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,55
    +0,68 (+0,88 %)
     
  • DAX

    18 630,62
    -60,70 (-0,32 %)
     
  • FTSE 100

    8 326,54
    -12,69 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    16 847,54
    +111,51 (+0,67 %)
     
  • S&P 500

    5 289,15
    +21,31 (+0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2735
    +0,0037 (+0,29 %)
     

La Chine reçoit les dirigeants d'Asie centrale pour un sommet inédit

Le président chinois Xi Jinping accueille jeudi ses homologues des cinq républiques ex-soviétiques d'Asie centrale, lors d'un sommet historique destiné à resserrer les liens régionaux, au moment où Joe Biden rencontre au Japon les dirigeants du G7.

Choix symbolique : l'événement qualifié "d'extrêmement important" par Pékin se tient dans la grande ville historique de Xi'an (nord), extrémité orientale de l'ancienne Route de la soie qui reliait l'Europe et la Chine via l'Asie centrale.

Il s'agit de la toute première édition de ce "sommet Chine-Asie centrale" depuis l'établissement des relations diplomatiques entre le géant asiatique et ces pays en 1992, après la chute de l'URSS.

PUBLICITÉ

Anciennement membres de l'Empire russe puis de l'Union soviétique, ces nations (Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan) conservent des liens économiques, linguistiques et diplomatiques privilégiés avec Moscou.

Mais avec la guerre en Ukraine, l'influence russe s'est émoussée. Un vide relatif que le président chinois se montre d'autant plus disposé à combler qu'il souhaite développer sa stature internationale et l'influence de son pays, selon des experts.

"Xi Jinping va se présenter comme un dirigeant capable de promouvoir le développement et la paix dans le monde", déclare à l'AFP Zhiqun Zhu, professeur de relations internationales à l'université Bucknell, aux Etats-Unis.

Le sommet se déroule presque au même moment qu'une réunion à Hiroshima des dirigeants du G7 (Canada, France, Etats-Unis, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni) à laquelle participe notamment le président américain Joe Biden - dont le pays dépeint régulièrement Pékin comme une menace.

64 milliards d'euros d'échanges commerciaux

L'événement japonais sera probablement axé sur la stratégie à mettre en place pour "contrer l'influence croissante de la Chine dans le monde", selon Zhiqun Zhu.

En face, "l'importance diplomatique et stratégique" de l'inédite réunion organisée à Xi'an jeudi et vendredi "ne doit pas être sous-estimée", souligne-t-il.

"Le sommet Chine-Asie centrale montre que le renouveau de la Chine ne peut être entravé et qu'il bénéficie d'un fort soutien en Asie centrale et ailleurs dans les pays en développement."

La Chine estime que son commerce avec le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan a atteint l'an passé un total avoisinant les 70 milliards de dollars (64 milliards d'euros) et grimpé sur un an de 22% lors du premier trimestre 2023.

Nouvelles routes de la soie

Les ex-républiques soviétiques d'Asie centrale occupent par ailleurs une place cruciale dans l'initiative chinoise des "Nouvelles routes de la soie", également connue sous le nom "La Ceinture et la Route".

Incarné par Xi Jinping qui l'a lancé fin 2013, ce programme pharaonique entend notamment développer, grâce à des fonds chinois, des routes, ports, chemins de fer et infrastructures à l'étranger.

Le géant asiatique, dont le développement a besoin de matières premières, a déjà investi des milliards d'euros pour exploiter des réserves de gaz naturel en Asie centrale et construire des liaisons ferroviaires reliant la Chine à l'Europe via la région.

Le sommet qui s'ouvre jeudi devrait notamment être l'occasion de faire avancer certains projets d'infrastructures.

Parmi eux figurent la ligne ferroviaire Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan, longtemps au point mort et d'un coût de six milliards de dollars, ou encore l'extension de l'oléoduc entre l'Asie centrale et la Chine.

Des annonces vendredi

Lors d'un entretien mercredi avec Xi Jinping, le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, a salué "les résultats significatifs" ces dernières années de la coopération dans le cadre des "Nouvelles routes de la soie", notamment dans le transport et la logistique.

Jeudi, le président chinois a déclaré à son homologue kirghize, Sadyr Japarov, que la Chine était "disposée à travailler avec le Kirghizstan pour construire une communauté de bon voisinage, d'amitié, de prospérité partagée et d'avenir commun".

Xi Jinping aura des discussions avec les autres dirigeants régionaux jeudi dans la journée. Une cérémonie de bienvenue est par ailleurs prévue dans la soirée.

Les principales annonces du sommet devraient avoir lieu vendredi matin, avec une rencontre entre les six présidents et la presse ainsi que la publication probable d'un communiqué conjoint.