La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 910,73
    -67,35 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 466,28
    -155,43 (-1,34 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0858
    -0,0017 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 330,65
    -555,86 (-2,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,93
    -13,94 (-2,59 %)
     
  • S&P 500

    4 039,14
    -31,42 (-0,77 %)
     

Chine : la mobilisation contre la politique «zéro Covid» peut-elle ébranler le gouvernement ?

© HECTOR RETAMAL / AFP

En Chine, la grogne ne faiblit pas. Depuis un mois, le peuple est dans la rue pour dénoncer les mesures sanitaires jugées trop restrictives. On se souvient notamment des images folles des milliers de visiteurs de Disneyland enfermés dans le parc d'attractions de 390 hectares à Hong Kong, après la détection d'un cas positif au coronavirus fin octobre. La démonstration de la politique "zéro Covid". Mais après trois ans de crise sanitaire, le verre est plein pour les Chinois.

"À bas le Parti communiste !" et "À bas Xi Jinping" résonnent désormais dans les foules. Un cap franchi dans la mobilisation : les Chinois demandent désormais la démission de leur président. Un point de bascule qui pourrait faire vaciller le pouvoir pékinois ? "Non", répond le sinologue Alain Wang. "Le gouvernement reprend la main, on est loin d'une destitution", estime-t-il auprès d'Europe 1. "Le régime a laissé faire pour voir l'étendue de la force de l'opposition et du peuple et mener par la suite des arrestations massives."

>> LIRE AUSSI - «Xi Jinping, démission» : les manifestations éclatent en Chine contre la politique zéro Covid

Et pour étouffer la mobilisation, le pouvoir a effacé toutes les images sur la toile. "Tout a disparu", poursuit l'enseignant à l’École Centrale Supélec et à l’Institut français de la mode (IFM). "Le pouvoir veut faire taire l'opposition. Après ce week-end, les manifestants sont moins nombreux car les gens se cachent, ils ont peur. Les jeunes, eux, devraient certain...


Lire la suite sur Europe1