Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 218,17
    +217,27 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    18 485,24
    +86,79 (+0,47 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0903
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    18 015,94
    -277,44 (-1,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 321,70
    +3 304,28 (+6,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 317,01
    +48,06 (+3,79 %)
     
  • S&P 500

    5 638,04
    +22,69 (+0,40 %)
     

La Chine entend jouer un "rôle de médiateur" dans la crise au Niger

AFP

Le gouvernement chinois entend jouer un "rôle de médiateur" dans la crise politique au Niger, a déclaré l'ambassadeur de Chine dans ce pays, dans une interview ce lundi à la télévision nationale nigérienne.

"Le gouvernement chinois entend bien jouer un rôle de bons offices, de médiateur, sur le respect total des pays régionaux pour trouver une solution politique à cette crise nigérienne", a déclaré l'ambassadeur dans cet entretien, après une rencontre avec le Premier ministre nigérien Ali Mahaman Lamine Zeine, nommé par les militaires qui ont pris le pouvoir.

"La Chine poursuit toujours un principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays" et encourage les pays africains "à régler leurs problèmes à l'africaine", a ajouté l'ambassadeur.

La Chine est un partenaire économique majeur du Niger, principalement dans le secteur de l'énergie.

Plusieurs partenariats

Les deux pays construisent notamment un oléoduc de 2000 km, le plus long d'Afrique, destiné à exporter du pétrole brut à partir des champs d'Agadem (sud-est nigérien) jusqu'au port de Sèmè au Bénin.

PUBLICITÉ

Les gisements d'Agadem sont exploités par le groupe pétrolier China National Petroleum Corporation (CNPC), qui a également construit une raffinerie à Zinder, dans le sud du Niger, d'une capacité de 20.000 barils par jour et dont la société chinoise détient une majorité du capital.

Des entreprises chinoises mènent également les travaux de construction du barrage de Kandadji, sur le fleuve Niger, un projet pharaonique de 740 milliards de francs CFA (1,1 milliard d'euros) situé dans l'extrême ouest du pays, qui doit générer annuellement 629 GWh afin de permettre au Niger de s'affranchir de sa dépendance énergétique du Nigeria voisin.

Dans la foulée du coup d'État, le Nigeria a coupé son approvisionnement en électricité au Niger, en ligne avec les sanctions décidées par la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest.

Article original publié sur BFMTV.com