La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 811,40
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 097,90
    -154,83 (-0,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Chine: un autre ex-ministre emprisonné à vie pour corruption et déloyauté vis-à-vis du président

En Chine, les têtes tombent au sein de l’appareil de sécurité. Après un ancien ministre de la Justice jeudi, c’est au tour d’un ancien chef de la police, Sun Lijun, d’être condamné à la prison à vie pour corruption et pour déloyauté vis-à-vis du chef de l’État.

De notre correspondant à Pékin,

C’est un signal on ne peut plus clair envoyé à l’appareil de sécurité en Chine. À trois semaines du XXème Congrès du PCC, ordre est donné de serrer les rangs autour du président chinois qui vise un troisième mandat.

Comme à chaque fois, en pareil cas, la charge est très lourde. Sun Lijun, 53 ans, est accusé d’avoir reçu pas moins de 93 millions d’euros de pot-de-vin. L’ancien vice-ministre de la Sécurité publique aurait aussi abusé de ses fonctions pour obtenir des faveurs, faire avancer des carrières et éviter la justice à des criminels. Il a en plus été reconnu coupable de possession illégale de deux armes à feu, relève le South China Morning Post.

« Clique » et corruption

Mais la charge la plus grave est politique : Sun Lijun est accusé d’avoir monté une « clique » contre Xi Jinping. Les médias d’État rappellent que lorsqu’il a été expulsé du parti en septembre dernier, il s’était vu reprocher d’avoir manqué « de véritable foi ou d’idéaux », « d’entretenir des ambitions politiques extrêmement exagérées » et de « causer un danger extrême au parti ».


Lire la suite sur RFI