La bourse ferme dans 6 h 53 min
  • CAC 40

    5 789,71
    +86,49 (+1,52 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 689,11
    +52,67 (+1,45 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2035
    -0,0052 (-0,43 %)
     
  • Gold future

    1 745,90
    +17,10 (+0,99 %)
     
  • BTC-EUR

    39 254,60
    +1 482,28 (+3,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    948,06
    +14,93 (+1,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,48
    +0,98 (+1,59 %)
     
  • DAX

    13 941,42
    +155,13 (+1,13 %)
     
  • FTSE 100

    6 602,09
    +118,66 (+1,83 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,3938
    +0,0016 (+0,11 %)
     

Chiffres du Covid-19 en hausse, manque de vaccins... La situation inquiète dans les Alpes-Maritimes

Jeanne Bulant
·3 min de lecture
L'unité de réanimation pour patients Covid d'un hôpital français en octobre 2020. - FREDERICK FLORIN © 2019 AFP

Les Alpes-Maritimes font face à une situation critique. Tous les indicateurs liés au Covid-19 sont au rouge ces derniers jours et les élus s'inquiètent d'une pénurie de doses de vaccin.

Le département des Alpes-Maritimes avait été l'un des premiers à imposer un couvre-feu à partir de 18 heures début janvier. Et pourtant quinze jours plus tard, la situation est préoccupante et les autorités sanitaires tirent la sonnette d'alarme.

Dans son dernier communiqué, l'Agence régionale de santé a qualifié la situation de "non stabilisée": le taux d'incidence est monté à 458 cas pour 100 000 habitants et que le taux de positivité des tests s'élevait à 9,2% ce lundi, contre 6,6% à l'échelle nationale. Le département a actuellement le taux d'incidence le plus élevé en métropole.

Situation tendue dans les hôpitaux

Ce lundi, 21 personnes sont mortes dans les hôpitaux des Alpes-Maritimes, rapportent nos confrères de Nice-Matin, portant à 971 le nombre de personnes tuées depuis le début de l'épidémie. 275 personnes étaient hospitalisées lundi dans le département, dont 82 en réanimation, selon l'Agence régionale de santé. Cela représente un taux d'occupation des lits supérieur à 95%.

Face à cette situation critique, les collectivités locales déplorent que la campagne de vaccination menace déjà d'être ralentie par une pénurie de doses de vaccins, alors qu'elles affirment pourtant avoir mis en place toute la logistique nécessaire pour que la vaccination aille vite. Face à la forte demande et au manque de doses, la préfecture des Alpes-Maritimes et l'ARS ont demandé aux collectivités de ne plus accepter aucun rendez-vous pour se faire vacciner au-delà du 14 février.

Les élus réclament plus de vaccins

Le député Les Républicains Éric Ciotti, qui a écrit au ministère de la Santé pour déplorer cette pénurie, a réclamé au micro de BFMTV "l'arrivée de doses (de vaccins) plus importantes" dans son département, estimant que tout était déjà "en place" au niveau "logistique".

Le Monde rapporte que le maire LR de Cannes David Lisnard a lui aussi adressé une lettre au ministère de la Santé afin de déplorer la baisse du nombre de doses de vaccin attribuées à sa commune à 200 par jour, alors que la ville serait selon lui en capacité d'en vacciner 1000.

"Les communes, opérationnelles depuis plusieurs semaines, sont forcées de décélérer les prises de rendez-vous, voire contraintes de fermer leurs centres, faute d’assurance sur la disponibilité pérenne et la livraison des doses de vaccin", déplore l'élu.

Estrosi veut dissuader les arrivées pendant les vacances

Par mesure de précaution, le maire LR de Nice Christian Estrosi a indiqué qu'il avait demandé à la préfecture de prendre des mesures afin d'empêcher ou de dissuader les gens de se rendre sur la côte pendant les vacances de février.

"Je suis en train de réfléchir à des mesures extrêmement restrictives pour limiter pendant les vacances de février la venue de gens qui souhaiteraient prendre leurs congés ici", a-t-il annoncé à l'occasion de l'inauguration d'un centre de vaccination lundi dernier, précisant: "Si l’Etat refuse de le faire, la ville prendra un arrêté".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :