La bourse ferme dans 7 h 54 min
  • CAC 40

    5 553,06
    -6,51 (-0,12 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 607,24
    +4,83 (+0,13 %)
     
  • Dow Jones

    30 996,98
    -179,02 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2179
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 850,80
    -5,40 (-0,29 %)
     
  • BTC-EUR

    27 375,38
    -114,34 (-0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    675,23
    -1,67 (-0,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,57
    +0,30 (+0,57 %)
     
  • DAX

    13 885,67
    +11,70 (+0,08 %)
     
  • FTSE 100

    6 681,31
    -13,76 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    13 543,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 841,47
    -11,60 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    28 822,29
    +190,84 (+0,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,01
    +711,16 (+2,41 %)
     
  • GBP/USD

    1,3708
    +0,0024 (+0,17 %)
     

Le chiffre du jour. Au Royaume-Uni, un plongeon du PIB jamais vu depuis 300 ans

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

L’économie du pays devrait se contracter de 11,3 % cette année, une première depuis le Grand Hiver de 1709. La presse s’inquiète d’une période à venir de fort chômage et de faible croissance.

“L’urgence économique ne fait que commencer.” Les mots du ministre britannique des Finances lancés aux députés, mercredi 25 novembre, sont “déprimants”, souffle The Sun. Et pour cause : l’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’économie britannique est tout simplement “immense”, complète The Times. En 2020, le PIB britannique devrait se contracter de 11,3 %, une première depuis le Grand Hiver de 1709, explique le journal de Londres. “Il ne retrouvera pas son niveau de 2019 avant 2022, ce qui signifie que la crise nous aura coûté trois années de croissance.”

Devant le Parlement, Rishi Sunak “n’a rien fait pour édulcorer l’ampleur de la crise à laquelle nous faisons face”, constate The Guardian.

Le Royaume-Uni doit se préparer à une période de chômage élevé, de faible inflation et de croissance faible. La double peine d’une pandémie persistante et d’un Brexit sans accord pourrait coûter leur emploi à près de 4,2 millions de personnes d’ici 2022.”

À court terme, le gouvernement entend laisser la dette publique amortir le choc. Lorsque les entreprises sont paralysées, l’État n’a d’autre choix que de prendre la relève.” L’endettement du pays dépasse désormais la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :