La bourse est fermée

Chien 51, ou la ville dystopique du futur selon Laurent Gaudé

Récit d’anticipation à taille humaine, mais politiquement ambitieux, Chien 51 est un grand roman futuriste signé Laurent Gaudé. Publié chez Actes Sud, il fait partie des événements de cette rentrée littéraire.

Pour faire une peinture du monde contemporain, il faut parfois tendre le regard vers son futur. Extrapoler, c’est grossir le trait de ce qui est déjà là. Après avoir remporté le Goncourt en 2004 avec Le Soleil des Scorta, Laurent Gaudé n’a cessé d’explorer dans son œuvre les maux politiques qui rongent notre temps, mais à échelle humaine. En cette rentrée littéraire, il s’aventure dorénavant sur le terrain de l’anticipation. Reprenant les codes de la science-fiction, Chien 51 installe une ville du futur en guise de cadre pour livrer un polar tragique, mais passionnant, sur nos devenirs.

La fresque démarre avec le rachat de la Grèce par une entreprise : GoldTrex. Ce n’est là que le début d’un consortium bien plus grand qui va assujétir les États et imposer l’ultracapitalisme comme modèle de société absolu, dans lequel tout est fondu. Oubliez la notion de citoyen ou de salarié : c’est la même chose, vous êtes un « cilarié ». Dans la ville de Magnapole, sorte de capitale gargantuesque de GoldTrex, rien n’est enviable. La dystopie est à tous les coins de rue.

chien51_laurent_gaude_actessud
chien51_laurent_gaude_actessud

« Cette ville,

[Lire la suite]