Marchés français ouverture 6 h 34 min
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    26 460,17
    -111,70 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    0,9598
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 860,31
    +5,17 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    19 980,91
    -294,94 (-1,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    441,03
    -18,11 (-3,94 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     

Chez Mercedes, mieux que le plastique recyclé, le plastique issu de pneus usagés

Image © Mercedes-Benz

Même convertie à l’électrique, l’automobile peut encore diminuer ses émissions de gaz à effet de serre. Par exemple en intégrant des fibres naturelles aux matières plastiques. Ou bien, comme chez Mercedes, en fabriquant des poignées de porte à partir de pneus usagés.

Non contente de figurer parmi les voitures électriques les plus avancées en matière d'économie d’énergie et d’autonomie, la Mercedes-Benz EQE sera bientôt la première auto au monde à faire appel à une matière plastique issue de pneumatiques en fin de vie. Une innovation 100 % allemande, depuis la collecte jusqu’au produit fini, en passant par le processus chimique.

Le spécialiste de la récupération et du recyclage de pneumatiques Pyrum Innovations AG s’est allié à son compatriote, le chimiste BASF SE pour fournir des matières plastiques moins polluantes à Mercedes-Benz AG. Pyrum produit du gaz, du noir de carbone et de l’huile de pyrolyse à partir de 10.000 tonnes de pneus traités chaque année dans ses fours à Dillingen. Cette huile de pyrolyse est employée par BASF en combinaison avec du biométhane issu de la fermentation de déchets agricoles pour produire une matière plastique renouvelable, dont les propriétés sont réputées “identiques à celles du plastique pétrosourcé”.

En plus du recyclage, l’industrie auto adopte des plastiques qui émettent moins de CO2 durant leur production

Un tiers environ des 30.000 pièces qui composent une automobile font appel à la matière plastique. Une popularité qui s’explique aisément par sa facilité d’emploi et sa résistance, alliée à son prix de revient et à sa légèreté (au bénéfice de l’économie d’énergie en roulant). Autant de qualités dont il est possible de conserver le bénéfice en misant sur l’intégration d'une part croissante de plastiques de récupération. C’est le recyclage dit mécanique, nettement plus rapide et facile à mettre en œuvre que le recyclage chimique, tel que mis au point par BASF et Pyrum.

Lire aussi

Le constructeur allemand Audi mise beaucoup sur le recyclage mécanique. Il considère que “de tous les matériaux qu’emploie une automobile, les plus précieux sont ceux qui se recyclent le plus aisément et le plus longtemps”. Voilà sans doute pourquoi son modèle Q4 e-tron compte parmi les véhicules récents qui intè[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi