La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 992,88
    +1 351,44 (+2,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Chez LREM, la cascade de départs pèse sur les caisses

·2 min de lecture

L’Etat est (un peu) moins généreux avec La République en marche ! Selon le décret déterminant le montant des aides publiques aux partis et groupements politiques, publié jeudi 25 février au Journal officiel, la dotation accordée à En Marche s’élève à 20,9 millions d’euros en 2021, contre plus de 22 millions d’euros, en 2020. Pour comprendre ce manque à gagner, il faut rappeler que l’enveloppe de l’aide publique aux partis, d’un montant total de 66 millions d’euros, se divise en deux dotations distinctes. La première (32 millions d’euros) est distribuée en fonction des résultats obtenus par les groupements politiques lors des législatives de 2017. Grâce à ses 6 millions de suffrages - chaque voix rapporte 1,42 euro - LREM a encaissé environ 10 millions d’euros en 2021. Un chiffre stable depuis le début de la législature.

La répartition de la seconde dotation d’aide publique (34 millions d’euros) tient compte du nombre de parlementaires qui déclarent, une fois par an, leur rattachement financier à un parti. Chaque député et chaque sénateur rapporte un peu plus de 37.000 euros par an au groupement politique qu’il choisit de subventionner. Cette manne est donc susceptible d’évoluer tous les ans. C’est là que le bât blesse pour le mouvement présidentiel. Alors qu’il avait été crédité de 12,1 millions d’euros en 2020, En marche ! n’a reçu que 10,8 millions cette année. En cause, la baisse du nombre de parlementaires qui subventionnent le mouvement : ils ne sont plus que 292 (272 députés et 20 sénateurs) contre 326 (301 députés, 25 sénateurs) en 2020.

⋙ À lire aussi - Dons aux partis politiques : principe et réduction d'impôt

Le groupe En Marche ! au Sénat (25 membres) a perdu le rattachement financier de cinq sénateurs, dont Nicole Duranton, qui soutient désormais Les Républicains (LR), Philippe Bonnecarrère (aucun rattachement en 2021), ou encore Arnaud de Benelet, qui subventionne l’UDI, selon La Lettre A. À la chambre haute, le manque à gagner de LREM s’élève à 190.000 (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : voici dans quelles conditions les salariés peuvent se faire vacciner
Pheanith, étudiant poussé au suicide par les réseaux sociaux
Covid-19 : les cartes qui montrent pourquoi 20 départements sont sous surveillance
En Corée du Sud, deux milliardaires s'engagent à donner plus de la moitié de leur fortune
Comment virer de l’argent sur un livret d’épargne d’un enfant, le business des animateurs de TF1... Le flash éco du jour