La bourse ferme dans 3 h 59 min
  • CAC 40

    6 222,24
    +13,66 (+0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 986,37
    +10,09 (+0,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 746,70
    +10,40 (+0,60 %)
     
  • BTC-EUR

    52 181,99
    -1 659,52 (-3,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 362,57
    -13,20 (-0,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,03
    -0,12 (-0,19 %)
     
  • DAX

    15 244,51
    +35,36 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    6 954,41
    +14,83 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • GBP/USD

    1,3779
    -0,0002 (-0,01 %)
     

Comment des chercheurs ont retrouvé l’origine du vin de Champagne

·1 min de lecture

Comment reconstituer l’histoire de la viticulture française ? Pour faire un bond dans le passé, une équipe de chercheurs français a analysé des pépins de raisins archéologiques qui proviennent des villes de Reims et de Troyes. Après être restés immergés dans un puits pendant des siècles, ces pépins étaient imbibés d’eau et n’ont donc quasiment pas bougés. Ils ont ainsi pu être étudiés.  

Des pépins de raisins étudiés sur 15 siècles

Les chercheurs, qui disposaient de différents pépins de la région Champagne sur une durée de 15 siècles, ont désormais la certitude qu’il y a 2000 ans, il y avait deux sortes de vignes : sauvages et domestiques (plantées volontairement). Du vin était produit à partir de ces deux types de vignes. Des variétés de vignes du Sud ont aussi probablement été exportées dans le Nord.

Découvrez notre newsletter gastronomie

Recevez tous les dimanches à 10h notre newsletter "A table !" pour exceller derrière les fourneaux avec les recettes, conseils et trucs & astuces de Laurent Mariotte, ses chroniqueurs et ses invités.

Abonnez-vous ici

"On peut imaginer qu’assez rapidement, on a essayé de produire du vin partout où c’était possible, car c’est une boisson agréable. Du coup, on a importé dans le Nord de la France des variétés de vignes qui avaient plutôt été mises au point dans le bassin méditerranéen, donc dans des climats tout à fait différents de ceux de la Champagne", décrypte Vincent Bonhomme, post doctorant au sein de l’équipe du CNRS de Montpellier....


Lire la suite sur Europe1