La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 766,05
    +2 755,35 (+5,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Des chercheurs créent leur propre système de GPS en piratant des satellites

·2 min de lecture

Aujourd’hui, la plupart de nos applications de géolocalisation reposent sur les systèmes GPS ou Galileo, qui fonctionnent grâce à des satellites en orbite moyenne (entre 20.000 et 35.000 kilomètres). Ces derniers envoient des signaux radio vers la Terre pour signaler leur position, et le récepteur peut ainsi déterminer sa localisation précise par triangulation. Des systèmes très coûteux à plusieurs milliards d’euros. Une équipe de chercheurs de l’université de l’Ohio (États-Unis) vient pourtant de trouver un moyen complètement gratuit d’accéder à un service de géolocalisation : pirater la constellation de satellites Starlink, qui dispose déjà de plus de 1.700 satellites en orbite basse.

Une précision à sept mètres près

Il n’a ainsi fallu que 13 minutes et six satellites Starlink aux chercheurs pour se localiser à 7,7 mètres près, et ce à l’insu de l’opérateur. Les chercheurs n’ont pas utilisé les données des satellites eux-mêmes, mais le signal envoyé par ces derniers. Lorsqu’un satellite survole la Terre, il émet en effet un signal radio destiné au récepteur au sol. La fréquence de ces ondes radio est déformée par l’effet Doppler, qui fait que les ondes s’allongent ou se raccourcissent selon la distance (comme les radars qui mesurent la vitesse sur les routes). Ce décalage est proportionnel à la vitesse du satellite par rapport à l’utilisateur. En enregistrant plusieurs signaux sur une période donnée, cela permet donc de déterminer les paramètres orbitaux du satellite.

Le système exploite l’effet Doppler, qui permet de déterminer la vitesse du satellite par rapport à l’utilisateur. © rtype, Adobe Stock
Le système exploite l’effet Doppler, qui permet de déterminer la vitesse du satellite par rapport à l’utilisateur. © rtype, Adobe Stock

En utilisant leur propre antenne installée sur le toit du campus, Zak Kassas et ses collègues ont capté les ondes électromagnétiques de six satellites Starlink durant 800 secondes (soit environ 13 minutes), puis ont fourni les données à un algorithme qui a déterminé leur géolocalisation au sol avec une précision de sept à huit mètres. C’est certes moins bien que les...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles