La bourse ferme dans 7 h 36 min

Cheminots : les négociations qui ont fissuré le front syndical sur les retraites

A terme, la SNCF gagnerait 600 millions d'euros sur la suppression du régime spécial des cheminots !

La CGT-cheminots, Sud-Rail, Force Ouvrière... et maintenant la CFDT Cheminots, aux côtés d'un tiers environ des syndicats locaux de l’Unsa-Ferroviaire, maintiennent ce vendredi 20 décembre la pression sur le gouvernement, contre le projet de la réforme universelle des retraites par points en refusant de suspendre leurs grèves pendant les vacances scolaires. Camouflet sévère pour l'exécutif, la CFDT- Cheminots annonce même se préparer pour "les temps forts" du mois de janvier. Sur tout le territoire, au 16ème jour, la mobilisation semblait pourtant s’essouffler un peu, notamment chez les conducteurs affiliés à la FGAAC-CFDT. Et nombre d'entre eux confiaient leur amertume, d'observer que dans d'autres professions, dans les grandes entreprises du privé notamment, les salariés concernés par le futur régime universel de retraite par points ne se mobilisent pas davantage...

600 millions d'euros pour la SNCF

Mais voilà. Le degré de défiance des cheminots CFDT à l'endroit d'Edouard Philippe a grimpé en flèche depuis qu'il leur refuse cette "clause du grand-père" qu'il leur avait fait miroiter en 2018, au moment ou le parlement supprimait le statut des cheminots. Comme le rappelle Sébastien Mariani, secrétaire général adjoint de la CFDT-Cheminots, le Premier ministre avait alors assuré que "tous les droits des cheminots au statut seraient maintenus après l'entrée en vigueur de la réforme ferroviaire au 1er janvier 2020"


Lire la suite