La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 746,22
    +1 392,20 (+2,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Le chef du Hezbollah dénonce l'entêtement des autorités françaises

·1 min de lecture
LE CHEF DU HEZBOLLAH DÉNONCE L'ENTÊTEMENT DES AUTORITÉS FRANÇAISES

BEYROUTH (Reuters) - Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a estimé que la publication en France de dessins figurant Mahomet constituait une agression, ajoutant que la volonté affichée par le président Emmanuel Macron de ne pas y renoncer était "une sorte de déclaration de guerre".

Dans un discours télévisé, Hassan Nasrallah a jugé que les autorités françaises avaient aggravé la controverse sur ce sujet par leur entêtement, provoquant la colère du monde musulman.

La France a subi trois attentats d'inspiration islamiste depuis la republication des caricatures par Charlie Hebdo du prophète de l'islam début septembre, dont le dernier en date, dans la basilique Notre-Dame à Nice, a fait trois morts jeudi.

Tout en disant condamner fermement l'attaque de Nice, Hassan Nasrallah a déclaré que les puissances occidentales portaient également une responsabilité dans ce type de violences en raison de leurs rôles dans les conflits au Proche-Orient.

(Ellen Francis et Laila Bassam, version française Jean-Stéphane Brosse)