La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 845,51
    +128,42 (+0,38 %)
     
  • Nasdaq

    11 508,08
    +114,27 (+1,00 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0860
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 312,95
    -195,86 (-0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    525,56
    +6,76 (+1,30 %)
     
  • S&P 500

    4 045,96
    +28,19 (+0,70 %)
     

Les chauffeurs VTC obtiennent un revenu minimum par course

Aujourd'hui, le salaire minimum des chauffeurs est de 6 euros par course environ. - Credit:RICCARDO MILANI / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Avec ce nouvel accord, le prix minimum d'une course en Uber sera d'environ 10,20 euros, mais le nombre de « petites courses » annulées devrait baisser.

L'accord est loin de faire l'unanimité parmi les organisations syndicales. Il signe pourtant une avancée significative pour les chauffeurs de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) : syndicats et plateformes se sont mis d'accord pour imposer un revenu minimum de 7,65 euros par course au 1er février. Trois syndicats sur sept ont toutefois refusé de signer l'accord, car trop peu ambitieux à leur goût.

Les signataires sont l'Association VTC de France (AVF), qui pèse à elle seule 42,8 % des voix, la Fédération nationale des autoentrepreneurs et microentrepreneurs (FNAE), la CFTC et l'Unsa.

L'accord ferait monter le prix de la plus petite course à environ 10,20 euros pour le passager sur une application comme Uber, en incluant les commissions. « Inédit en France », il va surtout permettre « une augmentation de plus de 27 % par rapport au plus bas revenu minimum net actuel », ont salué ces organisations dans un communiqué commun.

Un accord jugé insuffisant

Mais pour Union (affilié à la CFDT), l'Association des chauffeurs indépendants lyonnais (Acil) et FO (32,1 % à eux trois), cet accord est insuffisant. Le nouveau tarif minimum « ne changera rien dans l'activité quotidienne » des chauffeurs, a dénoncé Union dans un communiqué. « La plupart des VTC n'acceptent pas les "petites courses" jugées non rentables face à l'augmentation des prix du carburant et les conditions de circulation », explique le syndicat.

Chez Uber, où le revenu minimum par course est actuelleme [...] Lire la suite

VIDÉO - L'agression d'un VTC filmée par la dashcam de sa voiture