La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 923,72
    +386,37 (+1,23 %)
     
  • Nasdaq

    13 555,67
    +90,48 (+0,67 %)
     
  • Nikkei 225

    29 671,70
    -484,33 (-1,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    -0,0009 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    29 718,24
    -914,40 (-2,99 %)
     
  • BTC-EUR

    40 857,13
    +1 423,57 (+3,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    997,77
    -17,15 (-1,69 %)
     
  • S&P 500

    3 920,07
    +38,70 (+1,00 %)
     

Charte de l'islam : trois fédérations du CFCM refusent de signer le texte en l'état

·1 min de lecture

Trois fédérations du Conseil français du culte musulman (CFCM) indiquent mercredi dans un communiqué qu'elles refusent de signer en l'état la "charte des principes" de l'islam de France, estimant que certaines dispositions risquent de "fragiliser les liens de confiance" avec les musulmans. "Certains passages et formulations du texte soumis sont de nature à fragiliser les liens de confiance entre les musulmans de France et la Nation", déplorent les associations franco-turques CCMTF et CIMG France ainsi que le mouvement rigoriste Foi et Pratique.

Réclamée par Emmanuel Macron dans la foulée de son offensive contre le "séparatisme", cette charte a été paraphée dimanche par cinq des neuf fédérations du CFCM après des semaines de crise interne. Après son adoption formelle, elle a été saluée lundi par le chef de l'Etat comme un "engagement net et précis en faveur de la République", à l'issue d'une réunion à l'Elysée. Arraché de haute lutte, ce texte dénonce notamment "l'instrumentalisation" politique de l'islam, proscrit "l'ingérence" d'Etats étrangers dans le culte en France et réaffirme la "compatibilité" de la foi musulmane avec la République.

Selon les fédérations, des passages de la charte "portent atteinte à l'honneur des musulmans" 

Selon les trois fédérations non-signataires, "certaines déclarations (contenues dans la charte, ndlr) portent atteinte à l'honneur des musulmans, avec un caractère accusatoire et marginalisant". Selon une source proche du dossier, les principaux ...


Lire la suite sur Europe1