La bourse ferme dans 3 h 37 min
  • CAC 40

    7 214,31
    +94,48 (+1,33 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 266,87
    +57,72 (+1,37 %)
     
  • Dow Jones

    33 949,01
    -207,68 (-0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,0770
    +0,0052 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 893,10
    +2,40 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    21 117,69
    -560,80 (-2,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,94
    -12,95 (-2,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,20
    -0,27 (-0,34 %)
     
  • DAX

    15 619,45
    +207,40 (+1,35 %)
     
  • FTSE 100

    7 945,46
    +60,29 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    11 910,52
    -203,27 (-1,68 %)
     
  • S&P 500

    4 117,86
    -46,14 (-1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,35
    -22,11 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    21 624,36
    +340,84 (+1,60 %)
     
  • GBP/USD

    1,2157
    +0,0087 (+0,72 %)
     

Chars Leclerc envoyés à l’Ukraine: est-ce vraiment une bonne idée?

SEBASTIEN BOZON / AFP

DECRYPTAGE - Le ministre des armées Sébastien Lecornu a donné au Sénat les trois conditions nécessaires pour accepter le transfert de chars Leclerc en Ukraine. Si l’idée d’un transfert de chars à Kiev est politiquement séduisante, elle mettrait toutefois la cavalerie française en fâcheuse position.

Des chars Leclerc finiront-ils par être livrés à l’Ukraine ? La réflexion se poursuit au sein de l’exécutif et des armées. Le camp français apparaît tiraillé entre la volonté de soutenir Kiev et de pousser l’Allemagne à débloquer le transfert de chars Leopard 2, et le faible nombre de Leclerc disponibles dans les stocks français. Interrogé au Sénat mercredi 18 janvier, le ministre des armées Sébastien Lecornu a fait un point d’étape sur cette réflexion. "Le président de la République nous a demandé, au chef d’état-major des armées et à moi-même, d’instruire cette demande", a expliqué le ministre, évoquant trois critères nécessaires pour accepter la demande ukrainienne.

Le premier critère est la "logique défensive" du transfert d’armement envisagé, un terme qui interroge un peu quand on parle de chars de combat comme le Leclerc. Le deuxième critère est de "ne pas détériorer notre modèle de sécurité et de défense", en clair de ne pas priver les armées d’équipements indispensables, et qui ne pourraient pas être remplacé à un horizon raisonnable. Le troisième critère est "le maintien en condition opérationnelle de ce qui a déjà été donné à l’Ukraine". "C’est un enjeu de taille pour les canons Caesar, a poursuivi Sébastien Lecornu. Vous savez que sur les 18 (canons donnés à l’Ukraine), l’un est désormais complètement hors d’usage. La question des chars Leclerc est particulièrement sensible et centrale sur cette question du maintien en condition opérationnelle."

Lire aussiCanons Caesar, chars Leclerc : la France peut-elle livrer plus d’armes à l’Ukraine?

Effet d'entraînement

La question de l’envoi éventuel de chars Leclerc divise le microcosme militaire français depuis des mois. Le chercheur en sécurité Pierre Haroche, professeur associé à la Queen Mary University de Londres, avait ouvert le débat en septembre dernier, en proposant l’envoi d’une cinquantaine de chars Leclerc à Kiev, arguant du retard français par rapport aux autres puissances sur les livraisons d’armes e[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi