La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 640,42
    +708,05 (+2,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 594,71
    +402,36 (+3,05 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2050
    -0,0038 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 107,80
    +3 494,34 (+9,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    966,35
    +38,12 (+4,11 %)
     
  • S&P 500

    3 911,83
    +100,68 (+2,64 %)
     

La charge de François Ruffin contre Sanofi et son plan de suppression de postes est-elle justifiée?

·2 min de lecture

A l'offensive ces derniers jours pour dénoncer la politique de R&D, les suppressions de poste ou le retard pris dans la course au vaccin par le géant pharmaceutique, le député La France insoumise vise-t-il juste? Sur plusieurs points ses arguments sont bel et bien fondés.

Il s'est imposé ces derniers jours comme le détracteur numéro un de Sanofi. Absence de vaccin, désengagement dans le secteur stratégique de la recherche et développement (R&D), "outil industriel broyé"... François Ruffin pour accabler le géant pharmaceutique, déjà distancé par ses concurrents dans la course au vaccin contre le Covid-19. Ce mardi 19 janvier, le député La France insoumise en a même remis une couche supplémentaire en se déplaçant sur le site de Sanofi Pasteur à Val-de-Reuil (Eure) pour soutenir les salariés, pour dénoncer la stratégie du groupe et la question salariale. Ces derniers reprochent notamment à la direction son plan de suppression de 750 postes de R&D en Europe dont environ 400 en France. Challenges fait le point sur trois arguments par François Ruffin et sur leur véracité.

1. "Sur les dix dernières années, Sanofi a supprimé la moitié de ses chercheurs"

Vrai mais... Sanofi compte à ce jour 4.100 personnes en France qui concourent à la R&D du groupe. Si le nombre de chercheurs de la branche vaccin (Sanofi Pasteur) est de l'aveu de la direction resté "stable" (environ 700 personnes), les équipes de R&D du domaine pharmaceutique ont elles profondément été revues à la baisse. Représentant 6.350 personnes en 2008, cette branche ne compte plus aujourd'hui que 3.400 salariés. "Et nous serons bientôt moins de 3.000 avec l'application du plan mis sur la table par la direction en juin 2020", précise Aline Eysseric, membre CFDT du comité social et économique (CSE) central de Sanofi Aventis R&D (SARD). Les dirigeants de la Big Pharma ont en effet annoncé l'an dernier la suppression de 1.700 emplois en Europe dont un millier en France. S'agissant de la R&D, ce pl[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi