Marchés français ouverture 2 h 32 min
  • Dow Jones

    32 120,28
    +191,66 (+0,60 %)
     
  • Nasdaq

    11 434,74
    +170,29 (+1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    26 720,71
    +42,91 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0694
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    20 145,80
    -25,47 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    27 878,78
    -462,15 (-1,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    660,84
    -10,17 (-1,52 %)
     
  • S&P 500

    3 978,73
    +37,25 (+0,95 %)
     

Les travaux de sa maison virent au cauchemar, il est obligé de vivre dans un mobil-home

·2 min de lecture
Thierry Moreau ne peut plus vivre dans sa maison et habite dans un mobil-home depuis trois ans. (Photo d'illustration : Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Un habitant de Cramchaban qui avait pour objectif de faire agrandir sa maison a vu son domicile détruit par les employés de l'entreprise de rénovation. Le maître d'œuvre à qui il avait fait appel a déposé le bilan.

Thierry, un habitant de Cramchaban (Charente-Maritime) ne peut plus vivre dans sa maison depuis six ans, suite à des travaux qui ont viré au cauchemar, rapporte Actu La Rochelle. L'homme aurait été victime d'une arnaque, selon le site d'information.

Alors qu'il souhaitait faire rénover et agrandir sa maison, Thierry est passé par une entreprise de sous-traitance avec un maître d'œuvre. Les ouvriers de cette entreprise sous-payée auraient décidé de se venger de leur patron, en détruisant la maison.

"Bien matériel, mon lit, mes armoires, ma vaisselle, j'ai même retrouvé du ciment dans mes assiettes, ils ont tout cassé", assure Thierry qui se retrouve aujourd'hui avec un crédit mensuel de plus de 300 euros à rembourser jusqu'en 2036.

Une maison à détruire

Les trois entreprises à qui il avait fait appel ont déposé le bilan à un mois d'intervalle, les unes des autres après avoir obtenu un recours. Débouté par la justice à trois reprises, Thierry serait même accusé d’avoir entrepris des travaux chez lui.

Il est aujourd'hui impossible de vivre dans sa maison. "Elle est ni plus ni moins à détruire. Ils ont tapé dans les murs porteurs à la masse, ils ont fait n’importe quoi sur l’électricité, bref plus rien ne va".

Après avoir vécu trois jours dans son poulailler au fond de son jardin, Thierry a fini par aller quelques mois chez son voisin. Il vit désormais dans un mobil-home, depuis trois ans. Le quinquagénaire est passé par des heures très sombres. Ce dernier a perdu son emploi au mois de mars dernier et contracté un cancer des poumons.

"Je n’attends plus grand-chose aujourd’hui, mais je me dois de rester en vie pour les gens qui tiennent à moi et par respect pour les médecins qui me soignent", confie-t-il au site d'information.

VIDÉO - Stéphane Bern quitte Paris : cette solution radicale choisie pour financer les travaux de sa nouvelle demeure dans le Perche

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles