La bourse ferme dans 2 h 13 min
  • CAC 40

    5 804,35
    +6,37 (+0,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 708,06
    +2,07 (+0,06 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2219
    +0,0051 (+0,42 %)
     
  • Gold future

    1 777,10
    -20,80 (-1,16 %)
     
  • BTC-EUR

    42 143,81
    +455,84 (+1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 029,14
    +14,22 (+1,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,76
    -0,46 (-0,73 %)
     
  • DAX

    13 975,01
    -0,99 (-0,01 %)
     
  • FTSE 100

    6 682,81
    +23,84 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 074,17
    +355,93 (+1,20 %)
     
  • GBP/USD

    1,4141
    -0,0000 (-0,00 %)
     

Les Chantiers de l'Atlantique ne sera pas racheté par Fincantieri

·2 min de lecture

L'italien Fincantieri renonce à acquérir les Chantiers de l'Atlantique pour créer un champion européen. La pandémie a eu raison de ce projet d'Airbus de la mer.

Le projet de rachat des Chantiers de l'Atlantique par son concurrent italien Fincantieri est abandonné, ont annoncé mercredi soir Paris et Rome, trois ans après la signature d'un accord qui avait été cinq fois prolongé. Cette alliance franco-italienne devait donner naissance à un nouveau champion européen - un "Airbus de la mer" - sur un marché de la construction navale percuté par la pandémie. Le rachat du français par son rival italien s'est toutefois heurté aux réticences de la Commission européenne qui s'inquiétait d'une possible réduction de la concurrence sur un marché déjà concentré.

La crise économique a eu raison de ce mariage franco-italien

"La France et l’Italie prennent acte du fait que le contexte économique actuel ne permet pas de poursuivre le rapprochement envisagé entre les Chantiers de l’Atlantique et Fincantieri", disent le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et Stefano Patuanelli, ministre italien du Développement économique, dans un communiqué commun. Les deux hommes s'étaient auparavant entretenus au téléphone avec la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager. "La France et l’Italie continuent de soutenir la coopération économique et industrielle entre leurs entreprises et leurs deux pays", ajoutent le communiqué.

Selon une source au ministère français de l'économie, l'ensemble des acteurs concernés ont fait le constat que les conditions n'étaient plus réunies pour mener à bien l'opération, en raison notamment des incertitudes provoquées par le COVID-19 sur le secteur de la construction navale. En outre, d'importantes concessions auraient été nécessaires pour répondre aux inquiétudes de la Commission européenne concernant l'impact de la transaction sur la concurrence, a précisé la source.

En France, le projet faisait face ces derniers mois à l'hostilité d'une partie de la classe politique préoccupée par le risque de pertes d'emplois et de transferts de technologie vers la Chine, en raison du partena[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi