Publicité
Marchés français ouverture 8 h 20 min
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0887
    +0,0018 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,08 (+2,59 %)
     
  • Bitcoin EUR

    55 975,35
    +2 218,75 (+4,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 266,58
    +68,01 (+5,67 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     

Le chant des baleines, un chant qui nous apèse

Getty Images/iStockphoto

Humains, oiseaux et baleines sont les trois seules catégories d’êtres vivants capables de chanter, c’est-à-dire de produire des sons variés qui se succèdent et forment de refrains. Parmi les mammifères marins, seules les baleines à bosse et les baleines bleues chantent pour de vrai. Les autres espèces se contentent d’émettre des sonars afin de se repérer.

Ce sont les zoologistes américains Roger Payne et Scott Mcvay qui ont les premiers analysé, au début des années 1970, les chants des baleines à bosse. Seuls les mâles chantent, au moment de la saison des amours. Cette musique est riche et complexe, composée de différents thèmes formés de phrases qui se répètent et varient. Leur note est un son continu dont la fréquence varie de 20 Hz à 10 kHz et dure entre une et plusieurs secondes.

Il y a peu, d’autres chercheurs ont montré que chaque colonie de baleines à bosses a son propre langage. Elles ont la capacité de mémoriser le chant des autres colonies rencontrées pendant leur migration (sur des milliers de kilomètres). Ecouter les chants de ces géants des mers venus du fond des océans nous plonge dans un état hypnotique : les études ont montré que leurs fréquences basses et leurs rythmes lents ralentissent notre rythme cardiaque, abaisse la tension artériel, apaise le souffle et font refluer le stress. Elles calment encore l’anxiété et améliorent le sommeil. Ce n’est pas un hasard s’ils servent parfois de bande-son à des séances de yoga ou de méditation.

L’Institut de recherche (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite