La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 666,67
    -771,33 (-1,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Changer d'assurance d'emprunt, un véritable chemin de croix

·1 min de lecture

Si sur le papier, la règle est simple, dans la réalité les pratiques abusives sont légion. Une banque ne peut s’opposer à ce qu’un client change de couverture de prêt, et quitte la filiale d’assurance de l’établissement pour aller à la concurrence. Il suffit que cet emprunteur s’y prenne dans l’année suivant la souscription du crédit ou, au-delà, à la date anniversaire du prêt. Et que le nouveau contrat, censé le couvrir en cas de décès, d’invalidité, ou de grave maladie, comporte des garanties équivalentes à celui de départ. La banque doit alors donner sa réponse sous dix jours ouvrés.

Seulement voilà : d’après le dernier rapport du Comité consultatif du secteur financier (CCSF), ils sont 75% des courtiers spécialisés en crédit à constater des blocages dans l’application de ces dispositifs et même… 86% des assureurs ou courtiers. A tel point que l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le gendarme de la banque et de l’assurance, a publiquement dénoncé les pratiques abusives du secteur.

Parmi celles-ci, dont Capital a recueilli un florilège auprès des emprunteurs, figure bien sûr celle consistant à faire traîner l’affaire, sans aucun respect des délais. Comme dans le cas de Romain, un client devenu emprunteur auprès de la Banque populaire Alsace Lorraine Champagne sur les conseils d’un courtier, et dont l’assurance externe a pris effet quelques mois après la souscription du crédit, en août 2020, sans que la banque révoque pour autant la sienne. "Malgré les courriers (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Tarifs du gaz et de l’électricité : les contrats alternatifs qui vous permettent d’économiser
Frais de santé : 5 bons réflexes pour réduire son reste à charge
"12 coups de midi" : le champion devient millionnaire et décroche un nouveau record
Assurance vie, PER : ces nouvelles formules s’adaptent à votre profil de risque
Vendée : un homme victime d'une arnaque à la carte bancaire à son domicile

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles